En Catalogne, le laboratoire Hipra s’apprête à enclencher la fabrication en grande quantité du PHH-1V. Son vaccin contre le coronavirus à base de protéines recombinantes. Sous condition d’obtention de l’autorisation de mise sur le marché, l’entreprise prévoit de commercialiser son sérum dès le courant 2022. Pour l’instant, celui-ci se situe en phase d’essais cliniques.

Le sérum catalan est élaboré à partir d'une technologie inutilisée jusqu'à maintenant dans la lutte contre le coronavirus. Il s'appuie sur des protéines hétérologues. L'un des cadres d'Hipra, son laboratoire concepteur, explique qu'en soi, le vaccin produit les mêmes finalités que les autres. Toutefois, leur solution agit de manière différente, précise-t-il. Pour induire des anticorps neutralisants, le corps réalise moins d'effort, selon le responsable. Ces vaccins se développent alors plus lentement, indique-t-il.

Pour une protection optimale d'une solution qui devrait également se montrer efficace contre les variants, deux injections seront requises. Pour l'heure, le produit catalan est conçu à partir de deux protéines hétérologues des souches bêta et alpha.


Une solution encore non approuvée par l'EMA

En d'autres termes, il s'agit des formes sud-africaine et anglaise du Covid. Toutefois, le cadre d'Hipra révèle que le vaccin apporte déjà une bonne immunité contre le variant indien (Delta). Pour l'instant, celui-ci n'a pas encore obtenu l'aval de l'Agence européenne du médicament (EMA). Dénommé PHH-1V, il se trouve par ailleurs toujours en stade d'expérimentation.

Malgré cette situation, le début de sa fabrication en quantité industrielle est déjà prévu pour octobre prochain. Hipra l'a déclaré le 12 août dernier à la station de radio barcelonaise RAC 1. Concernant la commercialisation, le laboratoire catalan a avancé deux dates prévisionnelles :

  • Dès janvier 2022 si les conditions le permettent ;
  • Dans le courant de l'été 2022 au plus tard.

Reste à savoir si le vaccin à venir sera prise en charge ou non par la Sécurité sociale. En cas de non-remboursement, il est conseillé de se renseigner auprès d'un établissement de mutuelle santé.

400 millions de doses dès 2022

Dans les détails, les phases d'élaboration et de recherche ont été franchies par Hipra. Récemment, l'Agence espagnole des médicaments et des produits de santé a délivré l'autorisation de mener les études cliniques. Une décision saluée notamment par Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol. C'est une grande étape dans le combat contre le Covid-19, se réjouissait-il le 11 août dernier.


Concrètement, il s'agit du premier test sur des sujets humains d'un sérum conçu en Espagne. Les volontaires qui y prendront part se verront tous administrer deux doses. Chaque injection sera espacée de 21 jours. Il y a trois mois, Hipra a également annoncé songer à lancer des essais en Asie et en Amérique du Sud. Le chef de la division humaine du laboratoire affirmait que les observations ont pour but de :

  • Jauger précisément le taux d'efficacité du PHH-1V ;
  • Trouver le dosage optimum.

L'entreprise basée à Gérone croit que si son vaccin obtient une autorisation d'utilisation, elle pourrait produire :

  • 400 millions de doses dès l'an prochain ;
  • 1,2 milliard en 2023.

La distribution du sérum s'avère facile, sa conservation se faisant entre 2-8 °C, poursuit-elle.