Transgene a récemment développé de nouveaux traitements par immunothérapie contre les cancers dus au papillomavirus humain en se basant sur des vecteurs viraux. La biotech française a en effet gravi un échelon intermédiaire concluant dans la conception de son vaccin thérapeutique anticancéreux expérimental TG4001. Des signes prometteurs ont été constatés auprès des patients lors de l’analyse en phase II.

Une analyse intermédiaire prometteuse

Environ 25 000 personnes sont atteintes de tumeurs anogénitales chaque année aux États-Unis et en Europe . Les résultats positifs observés auprès des patients lors de l'évaluation de l'efficacité du traitement anti-cancéreux de Transgene suscitent ainsi de l'espoir.

Hedi Ben Brahim, directeur général de Transgene depuis le 1er janvier 2021, a déclaré qu'

Au vu des signaux encourageants sur l'évolution de la maladie, d'autres patients évaluables supplémentaires seront randomisés dans le cadre de l'essai pour atteindre un total de 120, contre 150 prévus au début.

Lors des deux études cliniques réalisées auprès de patients aux États-Unis et en Europe (France et Espagne), la tolérance du candidat-médicament par les patients a été prouvée et aucun effet indésirable grave n'a été signalé .

À noter que les soins et traitements du cancer sont pris en charge par les assurances santé du patient. L'utilisation d'un comparateur mutuelle santé permettra de bénéficier de la meilleure couverture au meilleur prix.

Une commercialisation prévue en 2024

Si ces données prometteuses se poursuivent jusqu'à la phase III en 2024, soit en fin d'expérimentation, la filiale de l'Institut Mérieux prévoit de déposer une demande d'autorisation de commercialisation auprès de la FDA américaine et des autorités sanitaires européennes.

Dans ce domaine, elle est concurrencée par d'autres sociétés de biotechnologie européennes, à l'instar de Hookipa Pharma (Autriche), BioNTech (Allemagne) et Nykode (Norvège). Mais à ce jour, elle conserve une longueur d'avance sur ses rivaux concernant les essais.

Pour être aujourd'hui un des acteurs majeurs de la recherche et du développement en immunothérapie contre les cancers, Transgene a dû se restructurer en profondeur tout en multipliant les partenariats, notamment avec la Big Pharma, Pfizer, Merck, BioInvent ou AstraZeneca.

Grâce à ses solutions d'immunothérapie innovantes, la biotech a pu lever 35 millions d'euros en juin 2021 pour donner un coup d'accélérateur à ses recherches dans les traitements contre les cancers (gastro-intestinaux, des ovaires, de la tête et du cou) et des virus oncolytiques (tueurs de tumeurs).

Malgré une perte nette de 15,3 millions d'euros au premier semestre 2022, Transgene reste optimiste sur son avenir avec notamment une trésorerie de 43 millions d'euros à la fin du second semestre de cette année.