La crise aurait un grand impact sur la santé mentale, et tout le monde est concerné. La situation est encore plus inquiétante étant donné que le système santé n’est pas prêt à y faire face. Avant la pandémie de Covid-19, la psychiatrie se serait déjà trouvée dans un état catastrophique. Ce qui se passe actuellement dans le monde n’a fait qu’empirer ce dernier.

De nombreux experts situés aux quatre coins du monde réclament l'élaboration d'une stratégie visant à préserver non seulement le capital santé mentale de tous ceux qui traversent la crise, mais également ceux des générations futures. La psychiatre Marion Leboyer explique :

Il nous manque des moyens. Aucune réflexion stratégique n'est menée. Aujourd'hui, le nombre de lits ne cesse de diminuer.

Quant au psychiatre Serge Tisseron, il estime :

Outre les mesures économiques, il aurait fallu penser à mettre en place un dispositif de soutien psychologique, avec un accès facilité pour les personnes qui en éprouvent le besoin alors qu'elles ne peuvent pas s'offrir des consultations privées.

Lien social et travail durant la crise

Le chômage ainsi que les changements d'organisation au travail liés à la crise sanitaire ont des effets non négligeables sur le bien-être psychique des Français. Or, de nombreuses personnes ayant souscrit une mutuelle santé estiment être peu informées sur les offres de soins en santé mentale ainsi que sur le traitement médicamenteux correspondant.


Concernant les changements d'organisation au travail, ils sont nombreux, pour ne citer que :

  • la mise en place du télétravail ;
  • l'application de gestes barrières ;
  • les congés imposés.

À la fin du mois de juillet, le Conseil scientifique a suggéré que des enquêtes soient réalisées à l'échelle nationale en raison de l'apparition de risques psychosociaux, devant faire l'objet d'une vigilance des pouvoirs publics et des employeurs.

Selon un médiateur en santé-pair, le confinement lié à l'épidémie de Covid-19 a également engendré non seulement des reconfigurations des liens familiaux, mais également des lieux d'habitat. Il raconte :

Les patients qui ont commencé à resociabiliser avant la crise ont replongé dans la solitude, ce qui ne fait qu'aggraver leurs peurs.

Aujourd'hui, le stress s'intensifie en raison de :

  • l'accumulation d'informations parfois contradictoires ;
  • le partage de « fake news » qui se multiplie.

Les effets psychologiques augmentent encore plus chez une personne positive au coronavirus. Le psychiatre Clément Guillet explique qu'elle ressent un fort sentiment de stigmatisation et de culpabilité. Il souligne :

La pandémie de Covid-19 révèle nos peurs et met à mal les relations sociales.

Une santé mentale fragilisée par la situation actuelle

Outre les problèmes liés à l'emploi, la situation actuelle a des effets désastreux sur la santé mentale des Français. Elle entraîne l'augmentation :

  • de la prise de médicaments contre l'anxiété ;
  • des troubles liés à la dépression ;
  • de la fréquentation des établissements psychiatriques.

Ignorer ce problème risque d'aggraver la situation. Selon Santé publique France, les femmes comptent parmi les personnes les plus touchées par des troubles de santé mentale. Dans la liste des individus concernés, on distingue également ceux :

  • ayant des antécédents de problème psychologique ;
  • qui sont fragiles financièrement ;
  • qui sont âgés entre 25 et 34 ans.

Selon Marion Leboyer, présidente de la fondation FondaMental, il faut s'attendre à une multiplication par trois des dépressions. En plus de l'arrivée de nouveaux patients, d'autres ont fait une rechute. Le médecin Frédéric Atger confirme :

Depuis octobre, nous réceptionnons quatre fois plus d'appels qu'habituellement. C'est également ce qui se passe dans les autres centres. Tout le monde est débordé.

Les étudiants souffriraient particulièrement de l'isolement et de l'actualité anxiogène.