Les patients qui souhaitent se faire vacciner peuvent désormais l’effectuer chez leur médecin ou en officine. Cette mesure a été prise afin d’accélérer la campagne. En effet, plus de 7 millions de personnes n’auraient pas encore reçu leur première injection à l’heure actuelle. Seul le vaccin des laboratoires Pfizer/BioNTech est disponible en pharmacie et auprès d’un cabinet médical.

La situation actuelle pousse les autorités à prendre des mesures pour progresser dans la vaccination contre le Covid-19. Les données relevées montreraient que la campagne est au ralenti. Alors que certains ont réalisé le schéma vaccinal complet, d'autres n'ont pas encore bénéficié de la première dose. À tout ceci s'ajoute la campagne de rappel pour la troisième injection.

Pour avancer, le vaccin est désormais disponible en dehors des centres de vaccination dédiés. Les patients peuvent recevoir leur injection chez leur médecin. Les pharmaciens ont aussi été autorisés à l'administrer. Dans les deux cas, le professionnel proposera le vaccin Pfizer. Ce choix n'est pas sans raison.


Encourager la vaccination

Pour l'État, faciliter l'accès à l'injection est un moyen pour accélérer la vaccination en France. D'où le choix de proposer désormais le vaccin en officine ou chez le médecin. Les autorités espèrent ainsi pouvoir encourager les personnes qui hésitent encore à franchir cette étape. Les chiffres indiquent qu'environ 7,4 millions de Français n'ont pas réalisé la première injection à l'heure actuelle.

Les professionnels assurent que certains commencent à s'ouvrir au dialogue et se laissent convaincre.

Parallèlement à ces réfractaires, la France a lancé depuis peu la campagne pour la troisième injection. Elle concerne notamment les séniors qui ont plus de 65 ans. Tout ceci a lieu dans un contexte où l'État doit également faire face à la fermeture progressive des centres de vaccination.

La solution pour parvenir aux objectifs visés serait donc de s'appuyer sur la participation des médecins et pharmaciens. Comme dans les centres de vaccination, il appartient à l'Assurance maladie de prendre en charge l'injection. Elle ne nécessite aucunement l'intervention de la mutuelle santé.

23 000 doses attendues

Le vaccin Pfizer/BioNTech a été choisi en raison de la facilité du processus de conservation. Cela a été constaté à l'issue des études de stabilité menées en laboratoire. Les professionnels soulignent qu'il peut être gardé dans un milieu à -20 °C pendant 14 jours. Le délai de conservation possible évolue à 31 jours avec une température de 5 °C.


Un simple réfrigérateur serait donc adapté, puisqu'il n'est plus nécessaire d'avoir une température assez basse. Une température à -70° C était estimée nécessaire auparavant. Les résultats des observations menées ont permis de donner aux médecins et pharmaciens le droit de conserver le vaccin. Et de recevoir les patients pour une injection.

La livraison auprès des cabinets médicaux et des pharmacies a commencé jeudi 30 septembre 2021. Des doses supplémentaires devraient s'ajouter à celles disponibles. Les professionnels de santé auraient envoyé une commande d'environ 23 000 flacons après avoir obtenu l'autorisation de vacciner les patients.