Investissant entre 7 millions et 10 millions d’euros par an dans l’innovation, le concepteur et fabricant français de matériel orthopédique n’envisage pas de revoir ses priorités. En effet, les dirigeants de Thuasne ont décidé d’optimiser les performances industrielles du groupe en misant sur l’automatisation et la digitalisation des processus métiers.

Cette stratégie permet à l'entreprise de faire face aux enjeux liés à la flambée des prix de l'énergie, aux difficultés d'approvisionnement en matières premières et à la pénurie de main-d'œuvre.

Le groupe multiplie les partenariats avec les start-ups de la santé

Afin de pouvoir réagir au plus vite à l'évolution du marché, le groupe multiplie les partenariats avec les start-ups de la santé. D'autant plus que Thuasne veut offrir un accompagnement personnalisé et renforcé en faveur des distributeurs notamment en matière de connectivité de machines et de maintenance prédictive.

L'atteinte de son objectif « santé multitechnologies » dépend en grande partie des millions investis chaque année dans l'innovation, mais aussi dans le recrutement des talents dans l'industrie.

La PDG du groupe, Elizabeth Ducottet, déplore toutefois la pénurie de profils qualifiés.

Il est difficile de trouver des experts numériques dans le domaine industriel,

Indique-t-elle.

À titre de rappel, l'Assurance maladie ne rembourse qu'une partie des dépenses engagées dans l'acquisition d'un matériel médical. Certains appareillages médicaux n'entrent même pas dans la liste des produits et prestations remboursables.

Le reste à charge est alors pris en charge par la mutuelle santé : le niveau de remboursement varie cette fois en fonction de l'équipement et du contrat souscrit par l'assuré.


Assurer une veille assidue

En plus de l'innovation technologique, le groupe assure également une veille réglementaire et informationnelle assidue.

Selon sa directrice générale, Delphine Hanton,

Il importe de suivre au plus près l'évolution des tendances thérapeutiques.

Dans cette optique, Thuasne se penche actuellement sur une vingtaine d'études cliniques en collaboration avec des start-ups de la santé.

L'entreprise française ambitionne en effet de devenir le précurseur de la santé de demain et de développer une industrie plus efficace, plus rapide et plus personnalisée. Pour cela, il lui faut associer savoir-faire médical et numérique.