Depuis fin septembre, l’Italie est de nouveau frappée de plein fouet par une nouvelle vague du coronavirus. Les dernières statistiques atteignent les 10 000 nouveaux cas détectés chaque jour. Face à cela, le gouvernement italien annonce le renforcement des mesures restrictives. La population va devoir se plier une nouvelle fois à certaines privations. De nombreux évènements prévus ont dû être reportés.

En Italie, les chiffres afférents au Covid-19 sont alarmants. Très vite, les billets de concert déjà vendus sont remis, les dates des fêtes et foires sont reportées, les salles de cinéma ont de nouveau fermé leur porte. Le 18 octobre dernier, le chef d'État, Giuseppe Conte a annoncé à Rome de nouvelles séries de mesures afin de limiter au maximum possible les dégâts.

Les restrictions concernent principalement les lieux publics comme les bars, les restaurants et les cinémas. Les entreprises sont également tenues à favoriser le télétravail. Le but est de ne pas perdre de temps et d'éviter de sombrer dans un confinement total risquant de mettre en péril l'économie du pays.


De nouvelles dispositions dans les lieux publics et de travail

En Italie, l'état d'urgence sanitaire s'étend jusqu'au 31 janvier 2021. Et pour cause, le pays enregistre de nouveau une hausse inquiétante du nombre de contaminés par le Covid-19, ne serait-ce que de considérer la barre des 10.000 nouveaux cas quotidiens recensés – sur 150 000 tests par jour environ effectués - depuis le 16 octobre dernier.

Les rassemblements sont les premiers facteurs de contagion du covid-19. La première mesure prise par le gouvernement italien est donc de suspendre tout évènement en lieu public ou privé rendant difficile le respect de la distanciation sociale. Bien que l'assurance hospitalisation permette aux malades d'être pris en charge rapidement, la vigilance reste de mise.

Pour l'heure, les restaurants sont autorisés à poursuivre leur activité, mais à certaines conditions. Ils doivent, en effet, afficher leur capacité maximale à l'entrée, et limiter le nombre de clients à six par table, en respectant la distance d'un mètre par chaise. Plus personne ne sera accueilli après minuit. Quant aux bars, ils fermeront à 18 heures à défaut d'un service à tables pour des clients assis.

En outre, les entreprises sont tenues à affecter une grande partie du personnel en télétravail. Et si un taux de 75 % et assigné au secteur public, le secteur privé est également conseillé de faire de même. Les réunions en vidéoconférence sont privilégiées. Cela va permettre de limiter les déplacements en transports en commun. Ces derniers vont d'ailleurs diminuer le nombre de passagers par trajet.


De nombreux évènements reportés

Le port de masque est dorénavant obligatoire dans tous les mieux publics et privé. L'infraction à cette mesure est passible d'un amendement allant jusqu'à 1000 euros. Dans tous les cas, l'une des premières mesures prises par le gouvernement italien, comme dans tous les pays européens touchés par la nouvelle vague du coronavirus, est d'annuler tous les évènements culturels et sportifs. Ceci étant afin d'éviter tout attroupement.

Mais cela n'est certainement pas sans conséquence pour de nombreuses personnes. En effet, environ 34 000 emplois sont victimes de ces annulations de masse pendant au moins les 30 prochains jours.

Les fêtes et les foires comme la célèbre fête gastronomique de la châtaigne et des champignons, qui rassemblent annuellement des milliers de participants, ont dû être annulées. Cet évènement majeur représente des dizaines de milliers d'emplois dont la moitié des agricoles et des artisans, et 900 millions d'euros de chiffre d'affaires. Les grandes compétitions sportives, très courues en Italie sont également reportées à des dates pas encore déterminées.