Au début janvier 2022, la gratuité de la contraception deviendra effective pour les femmes de 18 à 25 ans. Ce qui devrait résoudre le problème de coût entraînant une réduction du recours à la contraception chez les jeunes femmes. À cette date, 3 millions d’entre ces dernières sont potentiellement touchées par cette mesure.

Initialement, l'Assemblée nationale devrait siéger pendant le week-end. Plus tôt que prévu, elle a cependant achevé l'examen du budget 2022 de la Sécurité sociale avec les amendements proposés. Son vote solennel en première lecture est planifié pour le 26 octobre 2021. D'ici le 31 décembre prochain, le budget devrait être voté définitivement.

Mais en attendant, le Sénat doit d'abord approuver certaines mesures. Parmi elles, le remboursement complet de la contraception pour les femmes âgées de 18-25 ans. Une décision consacrée dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour l'année prochaine. À l'unanimité, les députés l'ont adopté dans la nuit du 22 au 23 octobre dernier.


Seuls quelques contraceptifs sont pris en charge

Pour mémoire, les moins de 18 ans profitent déjà d'une couverture intégrale par l'Assurance maladie pour la contraception. Grâce à cette situation, le champ d'intervention des contrats de mutuelle familiale qui les prennent en charge se rétrécit.

Autre mesure prise à l'Assemblée nationale : l'extension du remboursement de la consultation de prévention concernant la santé sexuelle. Désormais, les jeunes hommes âgés de 25 ans ou moins pourront en bénéficier. Jusqu'à présent, seules les jeunes filles mineures ont pu en profiter.

Par rapport à la contraception, Albane Gaillot désirait élargir le remboursement à toutes les solutions possibles. La députée voulait notamment l'étendre aux spermicides, à l'anneau vaginal et au préservatif féminin. Cependant, son souhait restera vain, puisque le dispositif concerne seulement quelques contraceptifs :

  • Celui dit d'urgence hormonale ;
  • Les diaphragmes ;
  • Les stérilets ;
  • Les implants ;
  • Certaines pilules.

Concernant la contraception destinée aux hommes, les députés ont préparé un rapport de l'Exécutif au Parlement. Le document contiendra les solutions à apporter pour développer celle-ci.

Les jeunes femmes recourent de moins en moins à la contraception

Pour les femmes de 18 à 25 ans, la contraception sera remboursée à 100 % et en tiers payant par l'Assurance maladie. Outre les contraceptifs en eux-mêmes, les actes pris en charge portent sur :

  • Les examens biologiques nécessaires ;
  • Une consultation annuelle avec une sage-femme ou un médecin.

Dès janvier 2022, l'élargissement de cette couverture concernera potentiellement 3 millions de jeunes femmes. Il coûtera chaque année 21 millions d'euros à la Sécurité sociale.


En septembre dernier, Olivier Véran avait déjà annoncé cet élargissement futur aux 18 à 25 ans. Le ministre de la Santé précisait que chez les jeunes femmes, le recours à la contraception diminuait. Selon ses termes :

Le premier motif, c'est le renoncement pour raisons financières.

Les associations de défense des droits des femmes et les professionnels de santé saluaient largement cette décision. Selon la directrice de la Confédération du planning familial, cette dernière constitue une très grande surprise.