De nombreux malades du covid-19 se sont plaints de la facturation au prix fort de leurs visites à l’IHU de Marseille. Les factures s’élèveraient à plus de 3 000 euros, une somme qui, selon l’AP-HM, a été établie en fonction de la règlementation en vigueur. Le quotidien Libération a mené une enquête.

Le quotidien Libération a mené une étude concernant les hospitalisations au sein de l'AP-HM. Et pour cause, une polémique faisait grand bruit à Marseille. Des personnes atteintes du covid-19 auraient découvert stupéfaites les factures de leurs passages à l'IHU de Marseille. Une situation d'autant plus surprenante puisque le gouvernement avait indiqué que le traitement du coronavirus était pris en charge par l'Assurance maladie ainsi que les enseignes de complémentaire santé, et donc totalement gratuite pour les assurés.

Pour faire la lumière sur cette affaire, Libération a ainsi décidé de mener sa petite enquête. Le quotidien a ainsi recueilli plusieurs témoignages de malades du covid-19 ayant effectué des examens médicaux au sein de l'établissement hospitalier.


Une facture de 3 800 euros

Les résultats de l'enquête menée par Libération rapportent de nombreux témoignages de patients qui indiquent avoir passé des examens médicaux qui leur ont été facturés à hauteur de 1 264 euros. Qui plus est, ce même montant leur a été facturé à chacun de leur passage à l'IHU de Marseille. À noter que ces patients s'y sont rendus à trois occasions pour effectuer les mêmes examens, à savoir une consultation, un électrocardiogramme et un prélèvement sanguin. Au final, la facture atteint les 3 800 euros.

Selon l'enquête de Libération, cette somme mirobolante résulte du fait que les prestations médicales ont été facturées en hospitalisation de jour (HDJ). À un patient de rétorquer cependant :

On nous parle maintenant d'hospitalisation de jour, mais en fait la prise en charge dure dix minutes pour faire les prises de sang, trois minutes trente pour faire l'électrocardiogramme, et cinq minutes la consultation pour la délivrance de l'hydroxychloroquine, et voilà… Le reste, ce n'est que de l'attente dans les couloirs.

Le recours à une hospitalisation de jour

Au meneur d'enquête d'expliquer que le HDJ est un dispositif permettant aux établissements de santé de regrouper pour un même patient divers examens qui généralement ne prennent pas beaucoup de temps. Le malade y trouve son compte puisque cela lui permet de gagner du temps.

Pour la collectivité, ce dispositif offre la garantie que le patient n'occupe pas un lit d'hôpital pendant plusieurs jours. Ainsi, au lieu de réaliser les examens sur plusieurs jours et les facturer séparément, l'établissement de santé réalise les prestations médicales en une seule journée et n'envoie qu'une seule facture au patient à titre d'hospitalisation de jour.


Cela suggère que la facture serait la même si l'hôpital n'avait pas eu recours à une HDJ et que le malade aurait passé plusieurs jours dans le bâtiment. Toutefois, ce montant de 1 264 euros à chaque passage du patient comprend des services tels qu'une collation le midi et l'obtention d'une chambre. En outre, l'hôpital facturerait la même somme, qu'importe s'il y a eu recours à une HDJ ou non.

De son côté, l'IHU de Marseille a indiqué que c'est toujours l'AP-HM qui facture les soins et les examens médicaux. Mais l'AP-HM se défend aussi et affirme pour sa part que les facturations seraient basées sur les « textes officiels ».