Les bienfaits du sport sur la santé ne sont plus à démontrer. Mais les activités physiques sont-elles uniquement réservées aux personnes bien portantes ? Le sport peut-il être curatif pour les patients atteints de maladies chroniques ? Le fait est que peu de médecins osent aujourd’hui en prescrire, mais la législation tend à les y encourager de plus en plus.

Une prescription qui effraie les médecins

Le sport est bon pour la santé, à la fois à titre préventif et curatif. Mais la prescription d'un tel remède pose encore problème à bon nombre de médecins. Quel type d'activités recommander ? À quel rythme ? À quelle intensité ? Répondre à ces questions n'est pas chose aisée, d'autant plus lorsque le patient souffre d'une maladie chronique.

Mais quelques efforts sont déjà entrepris et appréciables, notamment la création des « maisons sport-santé » où les personnes qui souffrent de maladie chronique peuvent choisir une activité physique, tout en étant surveillées de près par des moniteurs expérimentés .

Le principal obstacle réside dans les frais médicaux qui y sont associés, le remboursement des séances de sport à vocation curative étant encore un sujet à débattre à l'Assemblée nationale. En attendant, rien n'empêche le patient de se fier à un comparateur mutuelle santé et d'adhérer à une mutuelle. Cette dernière contribuera à alléger les charges financières relatives à leur santé.


Le pire ennemi est l'inertie

Quelle que soit la maladie chronique dont souffre le patient, les médecins sont unanimes pour dire que le fait de rester alité ou assis trop longtemps contribuera à aggraver son état. D'où l'importance de l'activité physique régulière, même lorsque celle-ci requiert un effort colossal.

À noter que par « activité physique », les médecins ne font pas forcément allusion à la pratique d'un sport au sens strict du mot. Il est surtout question de mobilité, incitant le principal concerné à s'adonner à des activités telles que le jardinage, la marche ainsi que d'autres mouvements pouvant améliorer l'endurance de l'organisme.

Par exemple, la Haute autorité de santé (HAS) recommande à ceux qui doivent rester assis un long moment de se lever toutes les heures et de faire quelques mouvements durant une à trois minutes.