Une étude internationale a révélé que le taux d’enfants migraineux en France se situe entre 5 à 15 %. Les médicaments prescrits par les médecins veillent à soulager l’intensité de la douleur. Toutefois, ils n’éradiquent forcément les maux à leur source, dans certains cas. De ce fait, souvent mal diagnostiquée, la migraine impacte négativement sur les résultats scolaires.

Vomissements et maux de crâne réguliers sont des symptômes communs relevés auprès des enfants. Chez certaines jeunes filles, c'est aux premiers saignements que cette maladie chronique apparaît le plus souvent. Si pour certains, elle attaque violemment, pour d'autres, elle reste passagère. Néanmoins, l'anxiété et l'épuisement constituent des facteurs pouvant causer une forte migraine.

Les enfants consultent seulement les médecins à 10 ans, souligne une pédiatre neurologue de Lille. Elle affirme que la maladie peut pourtant être détectée bien avant cet âge. Par ailleurs, les médicaments visent uniquement à apaiser la douleur. En cas de douleurs permanentes ou régulières, cela peut peser sur leur scolarité.


Les conséquences de la migraine chez certains enfants

Tout comme certains adultes, les enfants peuvent également souffrir de maux de tête importants. Dans le cas de migraines primaires, les enfants ressentent des maux de tête peu douloureux. Dans les cas extrêmes, les douleurs se dessinent sur une fréquence régulière et peuvent être violentes. Certains sujets se plaignent de migraines qui impactent sur leurs résultats scolaires voire sur leur vie.

C'est le cas de Maïwenn Colléaux, âgée de 18 ans. Cette maladie la malmène depuis qu'elle a 14 ou 15 ans. Lors d'un événement médiatique, organisé par l'association La voix des Migraineux , elle s'est confiée :

Ça a tout de suite changé mon quotidien : quand j'étais en crise, je ne sortais plus, ma vie sociale s'arrêtait, je ne pouvais plus aller à l'école […] Forcément, on se sent différente des autres enfants, qui ne comprenaient pas bien ma souffrance et pour qui j'avais un simple mal de tête.

Le but de l'association est d'écouter la voix des enfants souffrant de la maladie. Par ailleurs, une mutuelle familiale peut servir de couverture médicale active pour les personnes souffrant de ces maux.

Le cas de cette jeune fille n'est pas isolé. La migraine affecte 5 à 15 % des filles et des garçons. Ce sera d'ailleurs le point sur lequel l'association se focalisera le 17 septembre, durant le Sommet francophone de la migraine.

Des diagnostics flous avec des symptômes variés

La prise en charge de cette maladie chronique est souvent complexe car les symptômes se manifestent sous plusieurs formes. De plus, ils peuvent varier d'un sujet à un autre.

Parmi les enfants interrogés à ce sujet :

  • 33 % ressentent des douleurs à l'intérieur de l'abdomen ;
  • 40 % ont des symptômes de vomissements et nausées ;
  • 50 % font une crise tous les mois ;
  • 78 % passent d'une crise mesurée à éprouvante.

Les médecins prescrivent à leurs patients divers traitements pour soulager l'intensité de la maladie. Il est question de médicaments contre la crise, soit d'anti-inflammatoires et de paracétamol.

Cependant, si certaines migraines se résolvent à coup d'antalgiques, d'autres y sont plus résistantes. Ces solutions n'ont pas suffi, dans le cas de Maïwenn Colléaux. Elle a essayé tous les types de méthodes comme l'EMDR, l'auto-hypnose, l'équithérapie et l'hypnothérapie. Ces traitements avaient pour avantage de l'apaiser mais pas de la guérir.

En effet, dans certains cas, chez les enfants, les douleurs de migraine s'atténuent en grandissant. Selon une pédiatre en neurologie à Lille, les céphalées ne peuvent être éradiquées mais leur intensité et leur fréquence peuvent diminuer. Cependant, à l'âge adulte, les maux de tête sont plus difficiles à traiter.