Les étudiants sont au plus mal en cette période de pandémie sanitaire, bon nombre d’entre eux étant en proie à une détresse psychologique. Des dispositifs ont été déployés pour essayer de leur venir en aide, mais ils sont loin de répondre exactement aux besoins actuels, selon les services du Crous. C’est la raison pour laquelle le Crous de Montpellier a sollicité une intervention de la Croix-Rouge.

En cette période de crise sanitaire, de plus en plus d'étudiants montrent des signes de stress aigu et d'anxiété. Et pour cause, bon nombre d'entre eux ont perdu leur source de revenus, ont une vie sociale effacée ou encore s'inquiètent pour leur avenir. Dans cette situation, il est généralement conseillé de prendre rendez-vous avec un psychologue, mais cette alternative n'est pas forcément prise en charge par les contrats de mutuelle étudiant.

À Montpellier, le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) a sollicité la Croix-Rouge d'intervenir. C'est ainsi que depuis un mois, dès que l'organisation repère un étudiant en proie à une tension psychique, il alerte l'association humanitaire qui dépêche ensuite une équipe dans la chambre de l'universitaire.


Des dispositifs insatisfaisants

Avant la mise en place de ce dispositif, quand un étudiant souffrait d'un haut niveau de stress et que cela était repéré par le Crous, un médecin de garde était dépêché auprès de lui ou alors l'universitaire était convié à aller aux urgences ou chez un médecin de son choix. C'était de bonnes initiatives, mais qui n'étaient pas toujours efficaces. En effet, comme le soulignent les services du Crous, près de 70 % des étudiants qui avaient besoin d'une prise en charge médicale urgente n'allaient pas en consultation. La plupart d'entre eux indiquaient ne pas avoir les moyens d'aller voir un professionnel.

Désormais une autre alternative s'offre à eux. Après la fermeture totale des universités en automne, le Crous montpelliérain a sollicité la Croix-Rouge afin de mettre en place un dispositif de soutien d'urgence aux étudiants victimes de détresse psychologique. À son directeur général, Pierre Richter, d'expliquer :

Nous avons tiré le constat des difficultés que rencontrent de nombreux étudiants, et des réponses pas forcément pertinentes dont nous disposions pour les prendre en charge, lorsqu'ils sont dans des situations critiques.

La Croix-Rouge au service des étudiants

Grâce à la collaboration entre le Crous de Montpellier et la Croix-Rouge, les étudiants héraultais peuvent bénéficier d'un soutien d'urgence. Dès que le Crous repère un universitaire en situation de tension psychique, l'association humanitaire envoie une équipe composée d'un professionnel de santé et de trois volontaires ayant suivi une formation en soutien psychologique dans sa chambre. Ces derniers invitent ensuite l'étudiant à se confier sur les problèmes à l'origine de ses maux. Clément Marragou, le responsable départemental de la Croix-Rouge explique leur procédé :

Nous prenons le temps. Notre équipe peut rester trente minutes, une heure ou même une heure et demie auprès de l'étudiant, nous ne sommes pas dans le cadre d'une équipe qui a d'autres interventions à faire ensuite.

En fonction de la situation, les étudiants peuvent être accompagnés aux urgences ou être maintenus chez eux. Dans le dernier cas, un suivi psychologie sera mis en place. Jusqu'à maintenant, huit universitaires montpelliérains ont pu bénéficier de ce dispositif de soutien et sept d'entre eux ont été emmenés au CHU. Ce service de soutien est joignable 24h/24, 7j/7 et n'est pour l'heure disponible qu'à Montpellier, mais les autres Crous de l'Hexagone pourraient prochainement le déployer eux aussi.