Dernièrement, la circulation du virus SARS-CoV-2 en France tend à s’accélérer comme le montre l’augmentation du taux de positivité. Toutes les tranches d’âge sont concernées. Cependant, les chiffres révèlent une plus forte progression des contaminations chez les jeunes depuis le déconfinement. Alors que ce phénomène inquiète l’OMS (Organisation mondiale de la santé), certains experts le relativisent.

Les politiques comme les acteurs du secteur de l'assurance santé ont souvent dénoncé la négligence des gestes barrières par les jeunes cet été. Il faut dire que les divers événements qui ont eu lieu durant cette période ont été propices à un tel relâchement. Ainsi, les adolescents et les jeunes adultes sont généralement considérés comme étant les principaux vecteurs du coronavirus. L'OMS adhère partiellement à cette opinion.

Selon le responsable des urgences de l'institution, une prise de conscience concernant leur responsabilité est nécessaire chez les jeunes. Ils doivent par exemple toujours se questionner sur la nécessité de se rendre à une fête.


Forte hausse du taux de positivité chez les jeunes depuis plusieurs semaines

Mi-mai 2020, le taux de positivité s'établissait à 2,2 % pour les personnes de 70 à 79 ans, contre 2,1 % pour les jeunes de 20 à 29 ans. Par la suite, la tendance s'est totalement renversée. Par exemple, du 6 au 12 août 2020, le taux de positivité s'élevait à 1,4 % pour les 70 à 79 ans. Sur la même période, un taux de 4 % a été constaté chez les 20 à 29 ans.

Bien que préoccupante, la forte circulation du virus chez ces derniers ne se manifeste pas encore par une augmentation des cas graves. Il s'agit de l'indicateur le plus fiable, comme l'indique Jean-Stéphane Dhersin qui travaille au CNRS en tant que spécialiste de la modélisation des épidémies. Le chercheur explique :

En ce moment, le virus touche plus les jeunes. Ces gens sont rarement hospitalisés. On ne peut pas non plus raisonner avec le nombre de morts pour cette catégorie de population. Donc on fait avec ce qu'on a : le nombre de tests positifs, même si cet indicateur est un petit peu biaisé.

Des chiffres à nuancer

Les données de Santé publique France confirment que les cas positifs sont de plus en plus nombreux chez les jeunes depuis la levée du confinement. Les résultats des tests virologiques réalisés du 6 au 12 août révèlent notamment 580 cas positifs chez les 20 à 29 ans, contre 78 chez les 70 à 79 ans.

Il faut toutefois nuancer ces chiffres eu égard à la forte hausse des capacités de dépistage depuis quelque temps. L'augmentation du nombre de cas positifs en est une conséquence logique. Par ailleurs, les tests sont légèrement biaisés d'après Jean-Stéphane Dhersin. Ce dernier note :

Si on testait au hasard dans la population, ce critère serait plus fiable, mais ce n'est pas le cas. Là, les seules personnes qui se font dépister sont celles qui ont des symptômes, qui croient en avoir ou ont été de près ou de loin en contact avec une personne contaminée. Donc il y a forcément des cas qu'on ne voit pas.

Le mathématicien a toutefois tenu à souligner qu'indépendamment de ce biais, l'importante augmentation des cas positifs par jour (exemple de 1 000 à plus de 3 000) doit alerter.