À compter de 2023, plusieurs milliers de postes vont être créés pour pallier le manque d’infirmiers dans les services de soins critiques. Cette décision a été annoncée par le ministre de la Santé Olivier Véran, Il a également présenté aux acteurs publics et privés du secteur hospitalier de la « feuille de route soins critiques 2022-2025 ».

Parmi les problématiques que la crise sanitaire a soulevées figure la pénurie de personnel soignant dans les hôpitaux. Pour y remédier, le ministre de la Santé a annoncé une hausse des ratios d'infirmiers par lit dans les services de soins critiques. Il a également promis des changements pour les services en réanimation dont l'augmentation des capacités mais aussi la formation des personnels soignants.

La feuille de route soins critiques 2022-2025, elle, a été élaborée à partir des propositions du rapport de l' Igas ou Inspection générale des affaires sociales. Elle vise à réformer les soins critiques en structurant une filière dédiée de qualité dans toute la France.


Environ 2 800 équivalent temps plein seront déployés à partir de 2023

Cela représente 1 infirmière pour 4 lits. Ces personnels soignants travailleront de jour comme de nuit dans les unités de soins intensifs polyvalents et ceux de spécialité. Ils seront déployés par les ARS ou agences régionales de santé. De quoi rassurer les acteurs de mutuelle santé et leurs adhérents.

En plus de la « prime pérenne » de 100 euros nets mensuels, les infirmières arrivant en réanimation suivront une formation spécifique pendant 8 semaines. Il est à rappeler que cette prime est entrée en vigueur en janvier dernier.

En renforçant ainsi les équipes soignantes des services de soins critiques, le ministère espère résoudre le problème des ressources humaines médicales et paramédicales.

Par ailleurs, il a établi une trajectoire de hausse des ratios pour les services de réanimation. Cependant, compte tenu des capacités limitées des Instituts de Formation en Soins Infirmiers (ISFI), cette trajectoire sera soumise à évaluation de la charge en soins. Cela, dans les 18 mois suivant la publication du décret.

Plus de 1 000 lits seront ouverts dans les services de réanimation

Cette hausse des capacités de réanimation entre dans le cadre de la structuration de la filière de soins critiques. Néanmoins, elle est prévue pour les prochains projets régionaux de santé, Cette mesure vise une amélioration de la continuité des parcours de prise en charge. Elle répond également à l'évolution prévisible des besoins liée au vieillissement de la population.

Il est question de rouvrir les 500 lits déjà disponibles, mais fermés pour pénurie de personnel. Vient ensuite la création de 500 lits de soins de rééducation post-réanimation pour fluidifier les parcours. Au total, c'est plus de 6 100 lits de réanimation qui seront disponibles dans l'Hexagone.

Enfin, il s'agit de se rattraper dans 4 régions où les capacités de réanimation n'atteignent pas les moyennes nationales. À savoir Guyane, la Bretagne, Mayotte et le Pays de Loire.