Selon l’OMS, la variole des singes touche actuellement plus d’un millier de personnes et jusqu’ici, la transmission s’effectue à travers des contacts rapprochés. En plus des symptômes déjà observés chez les patients atteints de Monkeypox (fièvre, fatigue, éruptions cutanées…), un nouveau symptôme vient d’apparaître, a annoncé le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies américain (CDC).

Certains patients affirment en effet souffrir de l'inflammation de la muqueuse du rectum et éprouver une vive douleur lors de la défécation.

Augmentation du nombre de nouveaux cas

Si le nombre des cas de Monkeypox confirmés à travers le monde dépasse les 1 000, en France, la barre des 50 a été franchie au début de ce mois de juin, d'après le rapport des autorités sanitaires.

Le nombre de contaminations ne cesse de progresser ces derniers jours, et apparemment, tous les patients sont des hommes âgés entre 22 et 63 ans.

La circulation active du virus en Amérique du Nord et en Europe inquiète l'OMS qui a constaté la présence de la variole dans une vingtaine de pays occidentaux.

Bien qu'aucun décès ou cas grave liés à la variole du singe n'ait été enregistré jusqu'ici, l'apparition de ce nouveau symptôme, connu sous l'appellation de « rectite », pourrait créer des complications.

Afin de limiter la propagation du virus, le ministère de la Santé français envisage de vacciner les cas contacts, même si le risque d'une grande pandémie est faible.

Santé publique France a précisé que ceci concerne les personnes ayant des contacts rapprochés avec une personne contaminée (contact physique, acte sexuel…).

Les personnes atteintes du Monkeypox peuvent bénéficier d'un meilleur remboursement de leurs traitements grâce à la prise en charge par les mutuelles.

À l'aide de notre comparateur en ligne, il est facile de trouver une mutuelle pas cher offrant une couverture correcte.

Pas de vaccin spécifique contre la variole du singe

Comme le virus de la variole du singe reste assez rare, aucun vaccin spécifique contre cette maladie n'a encore été développé.

En ce qui concerne le traitement des cas confirmés et des cas suspects, des protocoles sanitaires ont été mis en place.