Le gouvernement britannique vient de nouveau de mettre en confinement Londres et le sud-est du royaume, à cause de l’apparition d’une nouvelle souche du coronavirus qui, selon les premières analyses, serait bien plus contagieuse. Les scientifiques se demandent si cette mutation peut rendre inefficaces les vaccins contre le covid-19 que le pays devrait recevoir d’ici peu.

Depuis ce mois de décembre, le Royaume-Uni connait un net regain des contaminations au covid-19, et il semblerait que cela soit dû à une nouvelle mutation du coronavirus, comme l'a annoncé le Premier ministre, Boris Johnson. Ce dernier rajoute que l'on ne sait pas encore grand-chose sur les particularités de cette variante du virus, si elle est plus mortelle ou si elle réduit l'efficacité des vaccins commandés aux États-Unis.

Toujours est-il que pour éviter que cette nouvelle souche du coronavirus se propage et alléger les frais de l'assurance hospitalisation, le gouvernement britannique a imposé un nouveau confinement à la capitale ainsi que dans le sud-est du pays.


Des mutations qui facilitent la liaison cellulaire

Le Premier ministre britannique a indiqué cette nouvelle mutation du covid-19 a été relevé pour la première fois dans les zones affichant une hausse des cas positifs. À l'heure actuelle, les scientifiques s'attèlent à analyser cette variante du virus en laboratoire, mais ils ne disposent pas encore de résultats concrets pour le moment. Ils ont tout de même réussi à identifier un bon nombre de mutations géniques de cette nouvelle souche. Deux de ces mutations affectent le gène Spike qui code pour la protéine du même nom. Or, cette protéine joue un rôle essentiel dans la liaison d'une molécule sur les récepteurs des cellules humaines.

Concrètement, cela signifie que ces mutations géniques permettent au coronavirus de se lier plus facilement à une cellule et à l'infecter. Quoi qu'il en soit, si cette variante pouvait être plus contagieuse, on n'en a pas encore la preuve définitive.

Cette nouvelle variante du coronavirus tombe vraiment mal, alors que le vaccin développé par Pfizer et BioNtech venait de recevoir le feu vert des autorités sanitaires américaines. D'ailleurs, le Royaume-Uni a commandé environ 357 millions de doses, mais avec cette mutation une nouvelle inconnue vient s'ajouter à l'équation. Ce qui pourrait mettre en doute l'efficacité des vaccins face à la nouvelle souche de germe.


Mais, a priori, elle n'affecterait pas l'immunogénicité du virus selon Patrick Berche, ancien directeur général de l'Institut Pasteur à Lille. Le vaccin pourrait être, de ce fait, tout aussi efficace malgré cette nouvelle mutation.

Des cas en Italie, Australie, Pays-Bas…

À l'annonce de l'apparition de cette nouvelle variante du coronavirus par le Premier ministre britannique Boris Johnson, les Pays-Bas ont suspendu les vols en provenance d'outre-Manche. Ils ont rapidement été suivis par la Belgique et l'Italie. Pour l'heure, l'Allemagne et la France n'ont pas encore interrompu le trafic aérien et ferroviaire avec le Royaume-Uni, mais ils disent qu'ils y pensent sérieusement.

Néanmoins, il semblerait que cette décision de suspendre les vols arrive un peu tard, car de nombreux cas ont déjà été enregistrés en dehors des frontières du Royaume-Uni. En effet, l'Italie a indiqué avoir diagnostiqué un cas de ce type dimanche dernier. Les Pays-Bas et l'Australie ont également signalé un incident chacun sur leur territoire, tandis que le Danemark a détecté neuf contaminations à cette variante du virus.

À l'heure actuelle, on n'a signalé aucun cas en France, mais comme l'indique le ministre de la Santé, Olivier Véran, :

Il est tout à fait possible que le virus circule en France.