L’an dernier, l’Asie du Sud-est a bien résisté à la pandémie. Cependant, cette partie du monde se trouve en revanche face à une envolée du Covid-19 à l’heure actuelle. À ce titre, le nombre de contaminations s’est par exemple aggravé au Cambodge. Un pays qui ne recensait qu’une dizaine de cas positifs entre janvier et février 2021.

Dans de nombreuses contrées de l'Asie de l'Est, la mise en place de campagnes vaccinales efficaces peine à se concrétiser. En cause, les conséquences engendrées par la pandémie se révèlent de plus en plus fortes. En matière de ravitaillement en sérum, la région dépend de l'Occident, d'Inde ou de la Chine. Elle n'a pas su aller plus loin dans le domaine pharmaceutique. Pourtant, elle constitue aujourd'hui un pilier de la production de pièces automobiles, de textiles, de composants électroniques, ou autres dans le monde.

Elle est également sortie sans trop de difficultés de la crise sanitaire en 2020. Cependant, elle semble ralentir dans la prise de certaines décisions.


Méfiance des populations envers la vaccination

Cela concerne notamment la mobilisation de fonds d'urgence pour l'achat onéreux de doses auprès des grands laboratoires. Pareil pour l'approvisionnement y afférent. Par ailleurs, les observateurs remarquent qu'il est plus complexe de convaincre la plupart des peuples locaux sur l'utilité de la vaccination. En Malaisie, seulement environ 4 % de la population ont reçu les doses prescrites. Les compagnies dans le pays se sont récemment engagées dans différentes campagnes visant à gratifier les individus qui acceptent de s'immuniser. Ils obtiennent en retour des bons de réductions, du café, etc.

En Thaïlande, la proportion de personnes entièrement vaccinées s'élève à 1,6 %. Début juin, le pays a établi un nouveau record de contamination avec 5485 cas avérés. Parmi ces derniers, 1953 ont été détectés dans les prisons, où la propagation du virus s'est accélérée depuis peu. Au Cambodge, 600 nouvelles infections par jour ont été enregistrées. Une situation qui pèse lourd sur le système de santé du pays, notamment à travers les hôpitaux, les mutuelles santé… Au cours des deux premiers mois de 2021, les chiffres ne dépassaient pourtant pas la dizaine.

Confinement total en Malaisie

Au Vietnam, qui compte moins de 1 % d'individus immunisés, Hanoï vient de renforcer les restrictions de déplacement à Hô Chi Minh-Ville. L'Exécutif a préféré se montrer vigilant face à l'émergence d'un variant, encore jamais isolé, dans la capitale économique. À noter que le germe dépeint comme un hybride des souches britanniques et indiennes. Il n'a pas encore été identifié par la Gisaid. Pour information, il s'agit de la base de données relatives aux mutations du SARS-CoV-2. Pour sa part, le ministre de la Santé, Nguyen Thanh Log a déjà prévenu sur la forte contagiosité dudit variant.


Alors qu'elle a plus ou moins échappé à la crise sanitaire, la Malaisie se trouve confrontée à une flambée de contaminations. Celles-ci présentent actuellement un taux par million d'habitants plus grave que celui de l'Inde. D'après les dirigeants, cette dégénérescence subite résulte vraisemblablement des regroupements en marge de l'Aïd el-Fitr. Une fête qui marque la fin du Ramadan. Pour rappel, la Malaisie compte environ 33 millions d'habitants majoritairement de confession musulmane. Dans ce contexte, le gouvernement local a décidé début juin de fermer toutes les filières économiques et sociales jusqu'au 14 juin. Seuls les services essentiels sont autorisés à ouvrir.