Les applications révolutionnaires font une course vu la situation actuelle. L’Icope Monitor, littéralement nommé « Soins intégrés pour les personnes âgées », n'est pas des moindres étant donné que les personnes âgées et fragiles sont les plus à risque : sortir, être en contact avec autrui était un dilemme. L’approche de ce dernier casse leur isolement, mais aussi, est soucieuse de leur bien-être dans le respect des mesures, mais également du secret médical.

Depuis le temps, les personnes âgées ainsi que les invalides ne sont plus mis à l'écart. Ils sont assistés par aides à domicile, et cela, en fonction de leurs besoins que ce soit sur la santé ou pour toute autre chose du quotidien, ne serait-ce que pour leur tenir compagnie. Des dispositifs, tels qu'une mutuelle senior, sont également à leur disposition, lors de leur bilan de santé ou une hospitalisation, pour alléger leur peine avec un recouvrement.

À cause de la pandémie et des mesures qui l'ont accompagnée, telles que le confinement, les gestes barrières, mais notamment le fait d'être cloîtrés chez soi, plusieurs d'entre elles n'ont pas été suivies. De ce fait, certaines peuvent même subir une rechute physiquement et même psychologiquement. Le Gérontopôle du CHU de Toulouse avec l'appui de l'Organisation mondiale de la santé tente une nouvelle approche avec une application mobile, nommée Icope Monitor, pour justement suivre ces sujets et leurs états.

La naissance d'un projet fastidieux

Integrated Care for Older People ou Icope a été forgée par l'OMS. Après l'application pour tracer les cas de Covid-19, il a été pris en compte les personnes âgées, non infectées peut-être, mais tout aussi victimes de la pandémie, isolées du reste du monde. Cette approche vise à les aider à entretenir leurs facultés telles que la mobilité, la mémoire, la vue, l'audition, mais encore leur quotidien avec la nutrition et l'humeur. Le directeur général du CHU de Toulouse a beaucoup agi dans le développement d'Icope Monitor. Pratique, l'application ne prend que quelques minutes pour évaluer les capacités nécessaires à la prévention de la dépendance.


Son lancement a été rattaché au projet Inspire avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie. Mais le confinement aura vraiment boosté sa mise en place, car le contexte est néfaste pour les seniors, les sujets fragiles ou préfragiles. Le projet vise également à alléger le travail des professionnels dans l'évaluation et le suivi de ces personnes. Il est aussi à noter que la sécurité des données est assurée, car les informations saisies via l'application sont directement dirigées vers une base de données "scellée", mais encore une alerte est générée automatiquement en cas de déclin des fonctions du sujet.

La chaîne complète, de l'application aux responsables

L'alerte retentit dans le centre de suivi Icope dès le signalement d'une baisse de fonctionnalité. Dans un premier temps, la personne âgée est recontactée par une infirmière de l'équipe régionale vieillissement et prévention de la dépendance dans le but de reconfirmer les faits. Dans le cas affirmatif, l'infirmière prévient directement le médecin traitant du patient qui lui proposera un examen plus approfondi.

Le Gérontopôle met cependant un point sur le fait que le praticien peut avoir recours à la téléconsultation ou téléexpertise si un gériatre ou un autre personnel de santé spécialiste en la matière s'avèrent sollicités. Le but du CHU de Toulouse, en Occitanie est d'accompagner 200 000 sujets par le biais de l'application dans quelques années, 5ans plus précisément.

À cet effet, 200 personnels de santé dont, des infirmiers et même des pharmaciens qui sont les acteurs indispensables dans le secteur médical - étant considérés comme les garde-fous des médecins, des conseillers, mais aussi les experts sur les médicaments qui seront bien entendu nécessaires, sont mobilisés et formés par les équipes du Gérontopôle.


Depuis le 23 avril, l'application est disponible sur Apple store ou Google Play pour ses personnels de santé, adaptée aux gadgets du quotidien. La plus grande rénovation reste celle du 15 mai, les seniors pourront s'autoévaluer eux-mêmes. Des guides sont mis à leur disposition, détaillant comment s'inscrire sur l'application, comment enregistrer un nouveau sujet et enfin le test du lever de chaise qui consiste à savoir leur puissance musculaire moyenne, mais surtout leur équilibre, des bases.