Le manque de données crédibles rend difficile l’établissement d’un bilan de la réforme 100 % Santé en optique, dentaire et audiologie. À savoir que le constat semble être plutôt mitigé, en particulier en ce qui concerne l’optique. À certains observateurs d’accuser les opticiens de ne pas jouer le jeu. Une enquête est en cours.

C'était l'une des principales promesses d'Emmanuel Macron lors de sa campagne pour l'Élysée : la mise en place de la réforme 100 % Santé. De plus en plus de produits en optique, dentaire et audioprothèse n'accusent plus de reste à charge. Toujours est-il qu'on ne peut pas encore parler du succès de la réforme 100 % Santé, car les pouvoirs publics et les enseignes de complémentaire santé ne disposent pas encore de données suffisantes pour permettre de l'affirmer.

La réponse semble être plutôt positive en ce qui concerne les soins dentaires. En revanche, le bilan est plus mitigé pour ce qui est de l'optique.


Des données contrastées

Le recours aux offres sans reste à charge, dites de classe A, varie d'un facteur de 1 à 5. Un énorme écart qui surprend de nombreux observateurs. Le directeur général de la Mutualité française (FNMF), Albert Lautman, s'est exprimé à ce sujet lors d'une conférence de presse pour l'Association des journalistes de l'information sociale (ALIS). Il a indiqué que l'on ne peut pas encore établir un bilan clair de la réforme 100 % Santé en ce qui concerne l'optique. Cela résulte notamment de la situation économique tendue durant le printemps 2020.

La Mutualité française a son propre réseau de magasins d'optique et à partir des données qu'elle a récoltées, elle a pu établir une estimation du recours à la réforme 100 % Santé pour l'optique. D'après les données de la FNMF, dans leur réseau, le recours au panier de soins du 100 % Santé s'estimerait à 20 %, un chiffre bien supérieur à ceux communiqués par la Direction de la sécurité sociale et la plateforme Santéclair.

Des opticiens ne joueraient pas le jeu

Même si on ne peut encore avoir une vision définitive du bilan de la réforme 100 % Santé en optique. Pour bon nombre d'observateurs, les magasins d'optique ne jouent pas le jeu et ne proposent pas les offres du 100 % santé à leurs clients. Interrogé à ce sujet, le patron de la Direction de la sécurité sociale, Franck von Lennep, a indiqué que la DGCCRF a été mandatée pour vérifier que les opticiens parlaient bien du panier de soins du 100 % Santé à leurs sociétaires. Les assurés vont aussi être directement interrogés pour savoir si ces offres leur ont été proposées par les magasins d'optique.

S'il est avéré que ces derniers ne jouent pas le jeu, ils pourraient se voir infliger des sanctions, a rajouté Franck von Lennep. Néanmoins, le patron de la Direction de la sécurité sociale a indiqué que les sanctions ne sont pas l'objectif premier. La priorité étant de s'assurer que les offres soient bien mises en avant.