Cela fait maintenant quelques années que la transition écologique touche au secteur de la santé. Après avoir mis en place le Dossier médical partagé (DMP) pour remplacer le carnet médical, la profession conçoit l’ordonnance numérique. L’objectif reste inchangé : il est question d’améliorer le parcours des malades durant toute la prise en charge.

Mieux suivre le patient dans son parcours de soins jusqu'à ce qu'il se rende chez le pharmacien pour récupérer ses médicaments. Tel est l'intérêt de l'ordonnance électronique qui devrait être vulgarisée l'an prochain dans toute la France par la Sécurité sociale, détentrice de la caisse d'assurance maladie.

Une expérimentation de l'outil digital est en cours depuis le mois de juillet dernier dans certains départements. Vers la fin de l'année, les participants (composés de médecins et de pharmaciens) doivent se rassembler pour dresser un bilan. C'est seulement à l'issue de cette entrevue que le dispositif sera massivement déployé sur l'ensemble du territoire.


Vers une digitalisation progressive de toutes les données de santé ?

Le déploiement de la mesure se fera en deux temps. La version manuscrite de la prescription fournie par le médecin continuera de prévaloir dans un premier temps. Cependant, les patients pourront s'en procurer la version numérisée dès lors qu'ils accèdent à leur DMP. À ce propos, il convient de souligner que 8 millions d'ouvertures ont été relevées au mois de novembre dernier.

Dans un second temps, l'Assurance Maladie fera en sorte que toutes les prescriptions médicales soient digitalisées. Cela dit, tous les médecins devront se munir des softwares nécessaires. Le magazine d'informations financières Capital relaye la manière dont se déroule la procédure :

« Le médecin prescrit les médicaments pour son patient, depuis son logiciel de gestion de cabinet, comme il le fait aujourd'hui, en s'appuyant sur le module d'aide à la prescription. Cette prescription est déposée dans une base de données sécurisée ».

Un suivi depuis la consultation médicale à l'achat des médicaments prescrits

Censée contribuer à l'optimisation du parcours de soins, l'ordonnance numérique pourra surtout profiter aux personnes qui souffrent d'une affection de longue durée, dont l'hypertension artérielle et le diabète. Avec ce dispositif, le médecin s'assure que le malade reçoit, une fois en officine, tous les médicaments servant au traitement médical.

Par ailleurs, la version électronique de l'ordonnance doit permettre de faciliter la collaboration entre les différents médecins approchés par les patients. Il en est de même pour les échanges entre le pharmacien (qui souhaite par exemple remplacer un médicament) et le médecin prescripteur.

Concernant le pharmacien justement, voici la démarche applicable selon l'Assurance Maladie :

« Le pharmacien, librement choisi par le patient, récupère la prescription dématérialisée. Il peut y accéder grâce à un numéro unique de prescription apposé sur l'ordonnance du patient sous forme d'un QR Code ».