Éviter que les malades hors Covid-19 souffrent d’un manque de soins, c’est l’objectif de l’appel lancé par les Ordres des professions de santé. Pour cela, ils les encouragent à poursuivre leurs soins à domicile ou à distance. D’ailleurs, cela ne devrait poser aucun problème puisque les sorties pour des raisons médicales sont autorisées.

En raison d'une forte propagation du coronavirus, la France est à nouveau confinée depuis le 30 octobre dernier. Comme pendant le premier confinement, les sorties sont restreintes et doivent faire l'objet d'une dérogation. Néanmoins, pour protéger l'économie, le gouvernement a mis en place des mesures plus souples. Certains secteurs peuvent ainsi maintenir leurs activités.

Dans ce cadre, les Ordres des professions de santé encouragent la continuité des soins pour les malades hors Covid-19. L'objectif étant de leur éviter un manque de prise en charge, ce qui était le cas au printemps. Bien entendu, pour les soins, ils bénéficieront toujours d'un remboursement par l'Assurance maladie et la mutuelle santé.


Plusieurs traitements mis en attente au printemps

Le communiqué, publié ce lundi 2 novembre, a été rédigé conjointement par 7 Ordres de professions de santé. Médecins, dentistes, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, kinés et podologues y ont tous participé. Ils ont soutenu l'intérêt de poursuivre les soins pour les malades non atteints par le Covid-19.

Ainsi, contrairement à la situation au premier confinement, les cabinets privés et les officines demeureront ouverts. Ceci permet aux patients de poursuivre les examens et soins médicaux, et aux professionnels de santé de maintenir leur activité. En effet, pendant le premier confinement, leur activité était en chute libre. Celle-ci a particulièrement affecté les dentistes et les kinés, selon les données de remboursement de l'Assurance maladie.

La Sécurité sociale rapporte également près de 180 000 endoscopies qui n'ont pas été effectuées au premier semestre 2020. Des centaines de milliers d'examens de dépistage de cancer colorectal ont aussi été reportés.

Un motif de sortie autorisée

Les consultations et les traitements médicaux font partie des motifs de sortie autorisée en cette période de confinement. Les professionnels de santé tiennent à le souligner dans le cadre de ce communiqué. Bien entendu, le patient doit se munir de son attestation et cocher la partie prévue à cet effet.


Cet appel a été fait afin d'éviter les complications, les souffrances et une réduction des chances de guérir chez les malades hors Covid-19. En effet, une pathologie non prise en charge à temps peut réduire le taux de guérison. De plus, les professionnels de santé redoutent une seconde vague plus longue et intense.

Cette fois-ci, les patients pourront donc accéder aux soins et traitements dont ils ont besoin. Ils peuvent passer en cabinet, se soigner à domicile ou à distance, via une téléconsultation ou un télésoin. Les professionnels de santé s'engagent à respecter les règles de sécurité sanitaire et à réaliser les soins dans les meilleures conditions.