Le CCAS (Centre communal d’action sociale) d’Orléans dispose d’une cellule spéciale pour surveiller les personnes âgées en période de canicule. Sa mission consiste à contacter les 1 260 seniors inscrits sur la liste dressée à cet effet pour s’informer sur leur état de santé. En effet, cette population est particulièrement vulnérable aux pics de chaleur.

Depuis la tragédie de 2003, les Français ont pris conscience de la grande vulnérabilité des souscripteurs de mutuelle senior en temps de canicule. De nombreux organismes publics et privés ont ainsi développé des dispositifs spécifiques pour les protéger.

Le CCAS d'Orléans, par exemple, a créé une cellule spéciale pour surveiller les personnes âgées durant les épisodes de forte chaleur. Basée dans les locaux du centre, l'équipe appelle un par un les individus inscrits sur la liste des personnes à risque dans le département. En plus de s'enquérir de la santé des seniors, elle leur fournit des conseils pour les aider à traverser une période pouvant être particulièrement éprouvante.


Un dispositif très sollicité

L'épisode de canicule survenu en 2003 a fait de nombreuses victimes parmi les personnes âgées en France. La cellule d'Orléans a été mise en place en 2007 pour éviter qu'une pareille tragédie se reproduise. Au fil du temps, elle a été perfectionnée par les différents acteurs concernés. Par ailleurs, elle est de plus en plus sollicitée ces dernières années.

Selon la responsable du service au sein du CCAS, Sylvie Cholet :

Au départ en 2007, la cellule existait, mais elle n'était pas active. […] depuis quatre ou cinq ans, nous sommes obligés de la déclencher chaque été, car il y a un ou deux épisodes de canicule annuels.

Suivant le protocole établi, la cellule canicule doit appeler les pompiers seulement en dernier recours. Ceux-ci interviendront alors d'urgence au domicile des seniors considérés comme étant en situation de détresse. Néanmoins, cette procédure n'a jamais été mise en œuvre depuis le lancement du dispositif.

Une organisation minutieuse

Les noms figurant sur la liste du CCAS sont inscrits à la demande des premiers concernés ou suite à la requête de leur famille. Toutefois, les membres de la cellule canicule ont souvent de grandes difficultés à joindre les seniors.

Au moment de l'appel, certains peuvent être absents. D'autres croient qu'il s'agit de démarchage téléphonique et préfèrent ne pas décrocher. Dans les deux cas, l'équipe du CCAS doit mener une enquête pour obtenir des nouvelles.

Un prestataire s'occupe de la première partie de l'opération et effectue deux tentatives d'appel. En l'absence de réponse, la cellule canicule intervient à son tour. Si sa démarche n'aboutit pas, elle joindra les proches à contacter en cas d'urgence. Enfin, comme l'a expliqué Sylvie Cholet :

[…] pour les personnes pour lesquelles nous n'aurions aucune information, nous pouvons demander à la police municipale d'aller recueillir des informations locales, auprès de voisins ou de gardiens d'immeuble.