Afin d’accélérer la campagne de vaccination, la Haute Autorité de santé de France a annoncé que les pharmaciens sont désormais habilités à administrer des vaccins. Il faut dire que l’évolution de la pandémie du covid-19 est de plus en plus inquiétante dans l’Hexagone. On fait le point sur ces nouvelles mesures, sans oublier la situation épidémique dans le monde.

De plus en plus de pays décident d'entamer leur campagne de vaccination. Et pour cause, on assiste à un rebond à l'échelle mondiale du covid-19 à cause de l'apparition de variants du coronavirus. Jusqu'à présent, la pandémie covid-19 a fait plus de 2,5 millions de victimes à travers le monde. Les États-Unis sont, à l'heure actuelle, le pays le plus touché avec 514 320 décès, suivi du Brésil, du Mexique, de l'Inde et du Royaume-Uni.

Face à ce rebond épidémique, la Haute autorité de Santé (HAS) de France a autorisé les pharmaciens à vacciner les personnes consentantes afin d'accélérer la campagne de vaccination. Les enseignes de mutuelle étudiant annoncent également que des étudiants en santé seront mis à contribution.


De nouvelles pathologies à la liste des malades prioritaires

La HAS a récemment annoncé que les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes sont autorisés à administrer les vaccins anticovid. Auparavant, ces derniers ne pouvaient administrer que les vaccins AstraZeneca. Les injections des vaccins Moderna et Pfizer étaient réservées aux médecins. Désormais, ces auxiliaires médicaux en seront également habilités. La présidente de la Haute autorité de santé, Dominique le Guludec, se félicite de cette extension, elle a d'ailleurs déclaré que :

C'est un levier d'accélération de la campagne.

L'organisme public a aussi annoncé avoir élargi la liste des malades prioritaires. Ainsi, les personnes souffrant des pathologies suivantes pourront se faire vacciner en priorité :

  • Troubles psychiatriques
  • Cirrhose
  • Insuffisance respiratoire
  • Démence
  • Insuffisance cardiaque
  • Obésité
  • Cancer

Les personnes ayant des antécédents d'AVC seront aussi sur cette liste. De même pour les porteurs de trisomie, les personnes ayant subi une greffe d'organe ainsi que celles souffrant d'insuffisances rénales, et ce, peu importe leur âge.

Le gouvernement se fixe comme objectif de vacciner tous les adultes français d'ici la fin de l'été. Pour y arriver, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé que 1 700 étudiants dans le domaine de la santé allaient être recrutés pour aider les professionnels médicaux à effectuer les tests salivaires.

Le point sur la situation épidémique dans le monde

En Norvège, la situation sanitaire a été plutôt stable ces derniers mois. Mais le pays est aujourd'hui menacé par une nouvelle vague de contaminations suite à l'apparition du variant britannique. Le gouvernement norvégien a ainsi imposé des mesures renforcées, dont la fermeture des commerces non essentiels. Pour l'heure, ces dispositifs de sécurité ne concernent qu'Oslo, la capitale de la Norvège.


En Irak, les autorités sanitaires viennent de recevoir leurs premiers vaccins anticovid. Pour l'heure, elles ont reçu environ 50 000 vaccins, provenant du laboratoire chinois « Sinopharm », mais le gouvernement irakien a indiqué qu'il a déjà commandé 2 millions de doses supplémentaires. Le Nigéria vient également de recevoir 4 millions de vaccins tandis que 12 millions de doses supplémentaires sont attendues.

Au vu de la situation sanitaire dans le monde actuellement, il semblerait que la pandémie du covid-19 ne pourra être éradiquée avant la fin de cette année.