L’obligation du port du masque a été levée dans les transports en commun le 16 mai dernier, et presque tous les indicateurs épidémiologiques sont à la baisse depuis le début de la cinquième vague. En effet, le virus continue de perdre du terrain dans quasiment tous les départements de la France métropolitaine. Compte tenu de cette tendance, l’espoir d’une sortie de la pandémie et d’un retour à la vie normale est désormais permis.

Une nette décrue dans presque tous les départements

Les derniers chiffres en date sur le Covid-19 révèlent que la pandémie poursuit sa décrue en France.

Si on se réfère à la moyenne nationale de la semaine du 5 au 11 mai 2022 où le taux d'incidence était de 365,2 (soit environ 365 cas pour 100 000 habitants), les taux sont en repli dans toutes les régions. Le seul mauvais élève est les Alpes-de-Haute-Provence où cet indicateur atteint encore les 401,3.

L'amélioration la plus marquante est observée en Savoie où les cas de contaminations sont inférieurs à 300 (précisément 296,4). La chute la plus remarquable est constatée en Ardèche, avec un taux passant de 425,9 à 300,1 en 10 jours, soit un recul de 30 %.

Ce département est suivi par la Drôme (-26 %), les Hautes-Alpes (-24 %), l'Isère (-21 %), la Savoie et l'Ain (-20 %), les Alpes-de-Haute-Provence (-19 %) et le Vaucluse (-16 %). La Haute-Savoie est loin derrière avec une baisse de 4 %.

Même si la tendance baissière est bien amorcée, les taux dans chaque département sont encore éloignés du seuil d'alerte qui est de 50 contaminations pour 100 000 habitants.

Les soins liés au Covid19 continuent d'être pris en charge par l'assurance maladie et les organismes de complémentaire santé. Le recours à un comparateur mutuelle santé permettra de trouver les contrats les plus intéressants.


Un possible rebond épidémique

Autre signe qui confirme le ralentissement de l'épidémie : les nouvelles hospitalisations, les passages aux urgences et les admissions en soins critiques ont nettement régressé par rapport à la semaine précédente. De plus, le taux de reproduction du virus (R effectif) est passé en dessous de 1 sur tout le territoire.

Malgré ces chiffres encourageants, la vigilance reste de mise dans la mesure où il existe encore de grands risques de réinfection.

Selon Santé Publique France dans son point épidémiologique du 12 mai dernier, presque un million de cas possibles de réinfection ont été détectés entre le 2 mars 2021 et le 24 avril 2022.