D’après une étude de Santé Publique France, la couverture vaccinale contre les infections à papillomavirus humains augmente chez les populations à risque, les adolescents, les enfants et les nourrissons. Ces résultats sont toutefois à tempérer puisque des efforts restent à fournir pour certaines catégories de la population et dans certaines régions.

Papillomavirus : la vaccination progresse en France, mais la couverture reste insuffisante

Une couverture trop faible

L'étude de Santé Publique France révèle une couverture vaccinale largement insuffisante contre les infections à papillomavirus humains en France, en particulier chez les jeunes filles et les jeunes garçons.

Bien que la couverture vaccinale des jeunes filles ait augmenté de 2 points en 2022, elle reste faible, atteignant seulement 47,8 % chez les moins de 15 ans. Le taux de vaccination demeure également très faible dans les DOM, surtout en Martinique et à la Réunion.

Chez les jeunes garçons, la couverture vaccinale pour la première dose à 15 ans est seulement de 12,8 %, bien qu'elle soit recommandée depuis deux ans.


Le vaccin contre les infections à HPV prévient jusqu'à 90 % des cancers du col de l'utérus, de la vulve, du vagin, de l'anus, du pénis et certains cancers de l'oropharynx.

Des pays tels que l'Australie, la Suède et le Royaume-Uni, où des programmes de vaccination en milieu scolaire ont été déployés, ont vu une diminution des lésions précancéreuses et des cancers invasifs du col de l'utérus grâce à une couverture vaccinale élevée.

À savoir : une complémentaire santé permet de se faire rembourser la part non prise en charge de 35 % par la CPAM

Adhésion à la vaccination en hausse

Bien que la couverture vaccinale demeure insuffisante, l'étude de Santé Publique France note une augmentation de l'adhésion à la vaccination en général chez les Français, passant de 82,5 % en 2021 à 84,6 % en 2022.

En outre, la couverture vaccinale est en hausse chez les adolescents, les enfants et les nourrissons qui sont pourtant exclus du champ de l'obligation vaccinale.

Par exemple, la couverture vaccinale de la 2e dose du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole s'est améliorée de 1 point chez les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018.


La vaccination contre les infections invasives à pneumocoques est également introduite depuis avril 2022, ce qui devrait aider à renforcer la couverture vaccinale.

À retenir
  • La couverture vaccinale en France a augmenté chez les nourrissons, les enfants, les adolescents et les populations à risque, mais reste insuffisante pour certaines régions et populations.
  • Elle est particulièrement faible contre les infections à papillomavirus humains chez les jeunes filles et les garçons.
  • Malgré cela, l'adhésion à la vaccination en général a augmenté chez les Français.