Un des pays à l’avoir initié, l’Israël a choisi récemment de mettre fin à l’obligation du pass sanitaire sur le territoire national. Cette décision aurait été motivée par la baisse des infections dues au variant Omicron. Le pays réfléchirait actuellement au cas du test PCR qui reste impératif pour les voyageurs qui y atterrissent.

La situation sanitaire concernant le covid-19 se serait améliorée en Israël selon les informations communiquées par les autorités locales. Le nombre de contaminations et d'hospitalisations liées au variant Omicron serait en baisse depuis quelques jours. Cette évolution aurait été possible grâce à la vaccination qui a limité les formes sévères avec cette mutation du coronavirus. Les hospitalisations auraient ainsi été maîtrisées.

La décrue constatée a encouragé les autorités locales à revoir les mesures sanitaires en vigueur. Après concertation, elles ont commencé par supprimer l'obligation du pass sanitaire. L'avis du gouvernement sur le test PCR imposé aux voyageurs est aussi attendu dans les jours à venir.


Une campagne de vaccination efficace

L'Israël fait partie des premiers pays qui ont privilégié la vaccination pour lutter contre la pandémie du covid-19. Il a mené sa campagne depuis décembre 2020 et la politique semble désormais porté ses fruits.

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, continue de soutenir que les vaccins représentent la meilleure alternative pour faire face à l'épidémie. Et ce, avec un objectif de préserver l'économie. Environ la moitié de la population aurait reçu les trois doses du vaccin à ce jour dans le pays. Coté économie, l'Israël aurait vu son PIB progresser de 8,1 % en 2021. Il s'agirait de la meilleure évolution qu'il aurait connu depuis 2000.

Du point de vue de l'épidémie, un recul aurait été constaté. Comme en France, le vaccin est proposé gratuitement en Israël. L'Assurance maladie et la mutuelle peuvent aussi participer à la prise en charge des soins dans l'Hexagone. Les patients qui ne sont affiliés à aucun organisme peuvent utiliser un comparateur mutuelle santé pour bénéficier d'une couverture adaptée.

Plus que 20 000 cas par jour

Le gouvernement israélien a mis fin à l'obligation du pass sanitaire dans certains établissements ouverts au public depuis début février. C'est le cas dans les bars et les restaurants, les cafés, les salles de sports ainsi que pour les hôtels. Il restait en vigueur dans des lieux comme les salles de cinémas ou les salles de concert avant sa suppression définitive. Il a d'ailleurs été contesté par une partie des habitants.


Des manifestations ont même eu lieu dans la ville de Jérusalem. Des convois de voitures et de camions transportant des habitants s'y sont rendus. L'objectif de leur acte aurait été de dénoncer les restrictions sanitaires perçues comme une entrave à la liberté individuelle. Le même événement a eu lieu dans d'autres pays comme le Canada.

Dans la soirée du 17 février 2022, le Premier Ministre a finalement annoncé la fin de l'utilisation du passeport vert. C'est ainsi qu'il est appelé en Israël (Tav yaroq en hébreu). Une décision prise alors que le nombre de formes sévères et de contaminations au variant Omicron a significativement diminué. Le jour de l'annonce, le pays aurait enregistré 21 000 infections. Le chiffre pouvait aller jusqu'à 80 000 cas journaliers fin janvier, période où le variant Omicron s'est fortement propagé.