Selon des chercheurs irlandais, les patients Covid tendent à souffrir de fatigue mentale et physique. Cet état peut durer un certain temps, indépendamment de la gravité de la pathologie. Concrètement, les scientifiques estiment qu’il persiste dans les 10 semaines suivant la guérison clinique. D’autres études sont encore nécessaires pour déterminer exactement l’effet du virus sur la santé psychologique des malades.

Le personnel hospitalier comme les acteurs de la mutuelle santé ont été fortement sollicités depuis le début de la pandémie de Covid-19. En effet, la crise sanitaire a déclenché tous les dispositifs existants de la santé publique. Les alertes sont généralement d'ordre physique. Depuis peu, les scientifiques reconnaissent aussi l'impact de l'épidémie sur la santé mentale de la population.

À travers les hashtags #CovidLong ou encore #LongCovid, de nombreux patients se sont plaints de la fatigue causée par le nouveau coronavirus. Des chercheurs irlandais ont analysé une pléthore de facteurs pour tenter d'élucider ce phénomène. Fin juillet 2020, ils ont dévoilé leurs conclusions préliminaires dans la revue médicale medRxiv.


Une meilleure prise en charge nécessaire

Dans leur étude, les scientifiques irlandais ont mis en exergue l'effet de fatigue provoqué par le Covid-19. Ce constat est confirmé par le Dr Michael Head qui enseigne à l'Université de Southampton :

Nous voyons de plus en plus de preuves de « Covid long », et la fatigue est l'un des effets secondaires les plus fréquemment rapportés.

Il faudra plus de recherches approfondies pour expliquer les conséquences de la maladie sur le long terme. En tout cas, la fatigue des patients doit être gérée au plus tôt par le biais de procédés non pharmacologiques.

Par ailleurs, ce phénomène illustre l'importance de limiter la transmission communautaire. En effet, toute personne est exposée, même celles qui ne sont pas gravement atteintes par la maladie. Pour les individus concernés, le retour à la vie normale est impossible, car les symptômes tendent à perdurer. Cette situation a incité certains parlementaires à demander au gouvernement d'améliorer la prise en charge des patients.

Une fatigue qui a affecté plus de la moitié des sujets observés

Dans le cadre de leurs travaux, les scientifiques ont analysé les données de 128 patients Covid admis au sein de l'hôpital de St James à Dublin. Dans ce panel, 71 personnes ont été hospitalisées tandis que les 57 restantes ont affiché une forme bénigne de la maladie. Tous les participants, âgés en moyenne de 50 ans, ont été dépistés grâce à un test RT-PCR.


Sur l'ensemble des sondés, 52 % ont affirmé ressentir une fatigue persistante alors que leur guérison clinique remontait à 10 semaines auparavant. Selon les chercheurs :

Fait intéressant, la fatigue n'est pas associée à la gravité initiale de la maladie, et il n'y a aucune différence détectable dans les cytokines pro-inflammatoires ou les populations de cellules immunitaires.

Les résultats de l'étude irlandaise ont été détaillés lors du dernier congrès européen sur la microbiologie clinique et les maladies infectieuses.