Le Covid-19, virus de la famille des coronavirus, touche à l’heure actuelle la quasi-totalité des pays dans le monde. Il a causé d’innombrables décès, et on recense de nouveaux cas chaque jour. Le risque d’exposition n’est toutefois pas le même pour chaque personne, et il faut faire d’autant plus attention, car il semblerait que le virus pourrait même causer des dommages cérébraux.

Le Covid-19 est un fléau qui s'est étendu à l'échelle mondiale, on déplore actuellement des milliers de morts de personnes ayant succombé à ce virus. Il est plus dangereux encore chez les individus du troisième âge et chez les individus souffrant de diabète ou d'hypertension artérielle. En effet, selon une étude, cette catégorie de personnes a une chance sur cinq de développer une forme sévère, couplée à une détresse respiratoire. Les fumeurs présentent également le risque de contracter une forme grave de la maladie.

Il est à rappeler que le traitement du coronavirus est pris en charge par la mutuelle senior.


Le taux de mortalité augmente en fonction de l'âge

Selon les statistiques, plus une personne est âgée, plus le risque qu'elle succombe au virus augmente. D'après les cas recensés en Italie, en Chine et dans le reste du monde, le taux de mortalité des individus de plus de 70 ans est trois fois plus élevé que chez les sexagénaires. De même, le risque que ces derniers décèdent du covid-19 est trois fois supérieur à ceux des âgés de 50 à 59 ans.

Les patients atteints de démence sont, par ailleurs, les plus à craindre. En effet, le traitement est plus difficile pour ces patients, car il peut s'avérer nécessaire qu'on les isole de leurs familles et de leurs proches. Ainsi, la situation peut potentiellement les affecter et engendrer de l'anxiété ou des délires chroniques.

La majorité des individus souffrant de cet état de santé complexe, présente un plus grand risque d'exposition au covid-19, pas seulement dû à leurs pathologies, mais aussi à cause de leurs problèmes de mémoire. Ce handicap rend difficile pour eux de retenir les consignes sanitaires relatées dans les médias et peuvent les perturber quant à la raison de leur hospitalisation, loin de leurs familles, en cas de traitement dans un établissement spécialisé.


Une potentialité neuro-invasive

Le covid-19 pourrait également causer des dégâts cérébraux. C'est en tout cas ce que suggère une étude menée à Wuhan, en Chine. En effet, d'après les résultats de l'enquête, 36% des patients ayant contracté le virus présentent des manifestations neurologiques. Ce taux augmente à 45% chez les personnes ayant développé une forme sévère, couplée à un syndrome de détresse respiratoire.

Les impacts neurologiques ont été remarqués au niveau du système nerveux central, périphérique et névralgique.

La potentialité neuro-invasive du covid-19 s'avère d'autant plus crédible compte tenu du fait que l'on sait actuellement que l'une des manifestations du virus est la diminution du goût et du sens de l'odorat. Certains patients présentent également des difficultés cognitives, tous ces éléments traduisent une perturbation du système nerveux.

À l'heure actuelle, il n'y a pas encore de vaccin contre le coronavirus, tout ce qu'on peut faire c'est de prévenir de la maladie en respectant les règles de distanciation sociale, en portant un masque et en se soumettant éventuellement à un test afin de déceler le virus au plus vite.