Alors que l’épidémie du coronavirus continue à gagner du terrain en France, la grippe saisonnière, qui fait 10 000 à 15 000 décès chaque année, commence à faire son apparition. Pour cette année, la campagne de sensibilisation pour le vaccin antigrippe est plus que jamais renforcée. Ayant des symptômes similaires, ces deux maladies prêtent souvent à confusion. Ce qui pourrait risquer d’engorger les hôpitaux.

La France entre actuellement dans une phase critique où il faut absolument empêcher la grippe saisonnière de semer encore plus de ravage que la pandémie du coronavirus est déjà en train de faire. Pour cela, la mutuelle santé soutient la sensibilisation à la vaccination antigrippale.

Toujours est-il qu'un sondage exclusif mené par YouGov pour Le HuffPost vient de révéler que plus de la moitié des personnes questionnées n'ont aucune intention de se faire vaccinée contre la grippe saisonnière. Environ 40 % des 18 à 40 ans refusent catégoriquement le vaccin. De nombreuses personnes pensent aussi que le vaccin contre la grippe n'aura aucun effet sur l'épidémie du Covid-19.


Les personnes cibles de la campagne de la vaccination

Les experts en épidémiologie avancent qu'il est important de faire la distinction entre les personnes atteintes du coronavirus et celles qui souffrent de la grippe saisonnière. En mutuelle santé, il serait même encore mieux de prévenir cette dernière avec la vaccination de masse afin d'éviter l'engorgement des hôpitaux.

En effet, de plus en plus de personnes craignent d'avoir contracté le virus alors qu'ils ont tout simplement attrapé la grippe. Il serait alors plus judicieux d'écarter cette maladie saisonnière qui apparait tous les ans en vaccinant le maximum de personne.

Sans surprise, les personnes qui souhaitent se faire vacciner contre la grippe saisonnière, et pourquoi pas contre le coronavirus, sont âgées de 55 ans et plus, du moins pour la plupart. Elles représentent environ 39 % des échantillons pris par YouGov, soit un peu plus d'un tiers. Ces individus, avec les personnes à risque, sont pourtant les principales cibles de la campagne de vaccination.

Une réticence majoritaire chez les jeunes

Face à cela, les experts soutiennent qu'il faut lancer une vaccination massive sans faire de distinction de tranche d'âge. En effet, si les personnes qui n'ont pas été vaccinées contre la grippe développent les symptômes de cette maladie, elles vont se précipiter à l'hôpital en pensant qu'il s'agit du Covid-19. Cela risque de conduire à la saturation des hôpitaux.


Mais bien que l'effort de sensibilisation au vaccin contre la grippe ait été doublé cette année, cela n'a pas eu l'effet recherché. Plus de la moitié des Français, et plus particulièrement les jeunes, refusent de se faire vacciner. Ce sondage en ligne sur un échantillon représentatif de 1 006 Français de 18 ans et plus, a également permis de conclure que cette proportion de la population réticente au vaccin antigrippe l'est aussi vis-à-vis du covid-19.

En d'autres termes, 65 % des personnes interrogées qui acceptent la vaccination antigrippe veulent aussi être vaccinées contre le coronavirus. Il s'agit essentiellement de personnes âgées de plus de 40 ans et des personnes à risques, c'est-à-dire qui ont des problèmes de santé. Pour le reste, ils ne veulent ni du vaccin contre la grippe saisonnière, ni de celui contre le covid-19 qui sera très prochainement disponible.