Le Premier ministre Jean Castex a récemment annoncé que les brigades de contact tracing seront étoffées par 2 000 nouvelles recrues. Ces dernières rejoindront les agents de l’Assurance Maladie et des ARS (Agences régionales de santé) pour renforcer l’efficacité du dispositif. Cette information a été communiquée lors d’un discours prononcé après le Conseil de défense du 11 septembre dernier.

Dans les départements, les CPAM (Caisses primaires d'Assurance Maladie) sont les premiers interlocuteurs des patients et des praticiens en matière d'assurance santé. Ces établissements sont en effet les antennes locales de l'Assurance Maladie. Depuis le déconfinement, ils ont collaboré avec les ARS pour déployer le dispositif de contact tracing sur tout le territoire français.

Le système en question permet de retracer les personnes testées positives au Covid-19 et les cas contacts afin de briser les chaînes de transmission. Concrètement, la mission des agents des CPAM et des ARS mobilisés consiste à appeler un par un les patients infectés ainsi que les éventuels sujets contaminés.


Une situation alarmante

Face au récent rebond épidémique, le recrutement de personnes supplémentaires est devenu indispensable au niveau des plateformes de contact tracing. En effet, la recrudescence du Covid-19 requiert des mesures adaptées. Comme l'a précisé le Premier ministre, lors de son allocution à Matignon :

Tout confirme que le virus n'a pas baissé en intensité. […] Le virus circule de plus en plus en France. Le taux d'incidence est monté à 72 pour 100 000 personnes contre 57 il y a une semaine. Le pourcentage des cas positifs ne cesse d'augmenter.

À l'issue du dernier Conseil de défense, 42 départements ont été classés zones rouges sur la carte post-confinement. Ils étaient seulement 28 la semaine précédente. Ce classement est établi à partir du niveau de circulation du virus sur le territoire considéré. Dans la pratique, les départements « rouges » affichent un taux d'incidence supérieur à 50 nouveaux cas pour 100 000 individus en une semaine.

Un élément crucial de la stratégie post-confinement

Les plateformes de contact tracing sont essentielles dans la stratégie post-confinement des autorités sanitaires. Elles permettent en effet d'enrayer la circulation du virus au sein de la population. Une fois les patients zéros et les individus qu'ils ont contaminés isolés, le nombre de nouveaux cas devrait mécaniquement baisser.

Toutefois, le processus de traçage a sensiblement ralenti depuis quelques semaines. Le problème vient notamment de l'insuffisance des effectifs dans certains départements, comme l'a expliqué l'Assurance Maladie. Ainsi, les brigades de contact tracing ont des difficultés à tenir le rythme. Pourtant, le volume d'appels tend à augmenter avec la reprise de la propagation du virus.

Compte tenu de l'évolution de la situation sanitaire, l'exécutif a décidé de procéder au recrutement de 2 000 agents pour venir en aide aux enquêteurs sanitaires actuels. Ces nouveaux arrivants seront affectés aux cellules de tracing réparties dans tout le pays pour limiter le risque grandissant de seconde vague épidémique.