Les vaccins anti-covid ne sont plus uniquement réservés au personnel soignant et les résidents d’Ehpad. En effet, le gouvernement a annoncé que les plus de 75 ans sont également invités à se faire vacciner. Néanmoins, le ministre de la Santé a appelé ces seniors à faire preuve de patience, car les doses vaccinales sont encore fort limitées.

C'est officiel, les plus de 75 ans peuvent maintenant se faire vacciner contre le Coronavirus. En effet jusqu'ici, les doses vaccinales étaient réservées à certains publics prioritaires, tels que les résidents d'Ehpad et les soignants. Désormais, les individus de troisième âge pourront également recevoir le vaccin s'ils le souhaitent. Au total, ce sont 6,4 millions de personnes qui ont été invitées. Pour rappel l'acte, remboursé par la mutuelle senior, n'est pas obligatoire.

À l'annonce de cette décision, le ministre de la Santé, Olivier Véran a toutefois tenu à tempérer le public, les doses vaccinales à disposition des autorités sanitaires étant encore en quantité limitée.


Seulement 500 000 doses par semaine

De nombreux observateurs ont critiqué la stratégie de vaccination déployée par les autorités sanitaires qu'ils trouvent trop lente alors que la pandémie du covid-19 a déjà causé la mort de plus de 70 000 personnes en France. Ils ont rajouté qu'il est d'autant plus urgent d'augmenter la cadence compte tenu de la menace actuelle d'une troisième vague de contaminations. Toutefois, à la décharge des autorités sanitaires, ils ne reçoivent à l'heure actuelle que 500 000 doses vaccinales par semaine.

Au vu de cette quantité limitée, il serait alors irréfléchi de vacciner à tout va, mais choisir en priorité les personnes les plus exposées, notamment le personnel soignant et les personnes du troisième âge. Les autorités sanitaires ont donc appelé les citoyens à la patience.

Olivier Véran a d'ailleurs indiqué qu'ils prévoyaient de vacciner plus d'un million de personnes d'ici la fin du mois de janvier et entre 2,4 à 4 millions d'ici fin février. Le Premier ministre Jean Castex a conforté les propos de l'élu du secteur Santé en soulignant qu'il était impossible de vacciner tous les plus de 75 ans en un si petit intervalle de temps. Sur ce point, il a rajouté que :

Les vaccinations s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou précommandées arriveront sur le territoire national.

Une troisième vague ?

La menace d'une troisième vague de contaminations se fait de plus en plus pesante. En effet, en ce début d'année, la pandémie ne semble pas encore vouloir céder de terrain. La semaine dernière, on a enregistré 2 766 malades en réanimation et 141 décès. La situation sanitaire est d'autant plus inquiétante à cause de l'apparition des variantes britannique et sud-africaine du coronavirus. Ces mutations sont réputées être plus contagieuses. Arnaud Fontanet, épidémiologiste membre du conseil scientifique, n'a d'ailleurs pas caché son appréhension. Aussi a-t-il indiqué :

Malheureusement, par rapport aux variants, qui sont vraiment un changement dans la donne de cette épidémie, je n'ai pas d'argument rationnel pour vous dire qu'on ne va pas subir une progression de l'épidémie qui pourrait commencer en mars-avril.

Néanmoins, les autorités sanitaires pensent que ces variantes devraient être neutralisées par les vaccins distribués actuellement. Pour l'heure, on n'a pas recensé de cas de contamination au variant sud-africain en France métropolitaine. En revanche, on a signalé un cas de ce type à la Réunion et quatre à Mayotte.