Depuis le 19 avril dernier, à l’initiative du président Joe Biden, tous les Américains consentants de 18 ans et plus sont éligibles aux vaccins anti-covid. Cela a permis d’accélérer considérablement la campagne de vaccination, mais le président américain appelle toujours à rester sur le pied de garde, car la bataille est encore longue.

Aux États-Unis, tous les adultes sont éligibles au vaccin contre le covid-19 depuis le 19 avril. Une initiative du président américain qui souhaite accélérer la campagne de vaccination afin d'en finir une bonne fois pour toutes avec la pandémie. Le locataire de la Maison Blanche a ainsi ordonné aux différents États de la bannière étoilée d'élargir l'éligibilité des vaccins à l'ensemble de la population, alors qu'une proportion élevée de personnes âgées a déjà reçu les deux injections, dont le coût est couvert par la mutuelle senior.

Au chef d'État de rajouter qu'accélérer la campagne de vaccination est d'autant plus important, car la pandémie du covid-19 continue de gagner du terrain. Il a, de ce fait, appelé les citoyens à toujours respecter les gestes barrières.


La bataille sera encore longue

À l'instar de ce qui se passe en France, les enseignants et le personnel scolaire ont un accès prioritaire aux vaccins dans le pays d'oncle Sam. Au début du mois d'avril, 80 % d'entre eux ont reçu au moins une dose du vaccin. Un bon bilan qui a sans doute incité le président américain à élargir l'éligibilité aux vaccins. Qui plus est, les variants du covid-19 ont considérablement dégradé la situation épidémiologique aux États-Unis avec une hausse significative des cas de contaminations quotidiennes. Le président a alors déclaré que :

Ce que nous faisons maintenant va déterminer combien de personnes nous allons sauver ou perdre en avril, en mai, en juin, d'ici au 4 juillet.

Depuis le 19 avril, tous les Américains consentants peuvent se faire vacciner. Et il semblerait que les citoyens ne soient pas aussi méfiants vis-à-vis des vaccins que les Européens. Un sondage a révélé que la grande majorité des citoyens sont favorables aux injections et comptent se faire vacciner quand l'occasion se présentera. Un enthousiasme qui a ravi les autorités sanitaires américaines. À Joe Biden d'avertir cependant :

Nous ne sommes pas à la ligne d'arrivée. Il nous reste beaucoup de travail à accomplir. Nous sommes toujours dans une course à la vie, à la mort.

Ambiance festive à New-York

La campagne de vaccination progresse bien outre-Atlantique. On estime que plus de la moitié des Américains de plus de 18 ans a reçu au moins une dose du vaccin, tandis que 32,5 % ont reçu les deux injections. La proportion de personnes vaccinées est particulièrement élevée chez les seniors de 65 ans et plus, d'après la principale agence fédérale de santé publique du pays.

L'accélération de la campagne de vaccination a permis à certains États américains de retrouver un semblant de liberté. C'est notamment le cas de New York, où près de la moitié des habitants ont reçu une première injection et 30 % ont reçu les deux doses du vaccin. Face à ces taux de vaccination élevés, les autorités sanitaires locales ont levé certaines restrictions sanitaires. Les restaurants ont notamment été autorisés à rouvrir.

Une levée de restrictions qui a ravi les New-Yorkais qui ne se sont pas fait prier pour aller faire la queue devant leurs restaurants préférés qu'ils n'ont plus côtoyés depuis le début de la crise sanitaire. À Union Square, les habitants ont même organisé une fête à l'occasion de la légalisation du cannabis la grosse pomme.