Le journal médical « The New England Journal of Medicine » a publié le 28 Juillet 2021 une étude portée sur des employés d’hôpitaux qui auraient encore été contaminés par la maladie COVID-19 malgré le fait qu’ils aient déjà été vaccinés. Il s’est avéré que plusieurs dizaines en ont été concernés.

Entre le 20 janvier et le 28 avril 2021, les personnels soignants du Sheba Médical Center, le plus grand hôpital d'Israël, et qui ne compte pas moins de 12 500 employés ont été mis en observation, dans le cadre d'une étude. Ayant déjà reçu les deux doses vaccinales contre le COVID-19, 39 individus avaient été tout de même diagnostiqués positif au SARS - COV- 2. À noter que le test de dépistage est pris en charge par les koupot holim, cités sur les plateformes de comparatif mutuelle santé.

Des études épidémiologiques et sérologiques se sont alors tenues pour caractériser les profils immunologiques de ces patients.


Vaccinés mais infectés malgré tout

Durant la période d'étude, 11 453 personnels de l'hôpital ont bénéficié des deux doses du vaccin de Pfizer-BioNTech (BNT162b2). Les épidémiologistes israéliens ont pu diagnostiquer les cas d'infections post vaccinales à l'aide de :

  • Test PCR et test rapide antigénique pour le diagnostic ;
  • Questionnaire d'enquête ;
  • Test PCR systématique pour les personnels vaccinés présentant des symptômes révélateurs ou ayant eu un contact avec un patient positif au SARS-COV-2, suivi d'une enquête approfondie ;
  •  Un contact tracing pour les patients et personnels soignants infectés.

Ainsi, 1 497 individus vaccinés ont pu être inclus dans l'étude, parmi eux, 39 se sont avérés positifs au test PCR. Cependant, aucun d'entre eux n'a présenté de forme grave, seulement de forme légère pour 67% des cas et le reste (33%) asymptomatique.

Des cas de symptômes résiduels et de forme longue de COVID- 19 étaient recensés parmi ces personnels soignants infectés.

D'après les enquêtes tenues, la source probable de ces infections post vaccinales serait un membre de la famille ou un collègue de travail non vacciné.

D'autre part, sur 33 isolats testés, 28 se sont avérés être un variant du SARS-COV 2 à savoir le variant Alpha qui était prédominant dans le pays durant cette période-là.


Le vaccin joue un rôle important dans la contagiosité de la maladie

Une étude cas-témoin a été réalisée sur 22 personnes parmi les 39 infectés, ce qui a réuni en tout 104 patients témoins. Elle a pu relever que tous les contacts des patients vaccinés infectés étaient en bonne santé et négatif au PCR. De plus, les titres des anticorps de ces cas étaient moins élevés par rapport au groupe témoin. Ces titres moins élevés d'anticorps corrélaient avec des valeurs de Ct (Cycle threshold) élevées qui veut dire moins de virus dans l'échantillon. Par conséquent, les chercheurs israéliens ont pu démontrer que les personnes vaccinées étaient moins contagieuses.

Néanmoins, ces quelques cas d'infections post vaccinales ne doivent pas être pris à la légère, comme le confirme ces scientifiques. À ces derniers de souligner, en effet :

Dans cette étude, nous avons constaté que, bien que le vaccin BNT162b2 soit extrêmement efficace, les rares infections post-vaccinales représentent un potentiel infectieux et créent un défi particulier, car ces infections sont souvent asymptomatiques et peuvent présenter un risque pour les populations vulnérables