Malgré l’imposition du port obligatoire du masque en sur les lieux de travail depuis le 1er septembre, l’entreprise est devenue l’un des principaux clusters du coronavirus en France. On ne saurait encore dire le nombre de cas contact qui en est ressorti, mais pour limiter sa propagation, il sera désormais possible aux salariés de demander un arrêt maladie en ligne.

La levée de l'état d'urgence sanitaire au début du mois de juillet était peut-être précipitée puisque dans les semaines qui ont suivi, la pandémie du covid-19 a connu un net regain. D'ailleurs à la rentrée, les mauvaises nouvelles ont afflué et des mesures de sécurité ont dû être imposées, notamment le port obligatoire du masque en entreprise. Pour pallier la problématique récurrente de l'achat de ce dispositif sanitaire, l'État a décrété que leurs coûts seraient à la charge de la mutuelle santé de l'entreprise.

Toutefois, le gouvernement a préconisé de privilégier le télétravail autant que possible. Mais ces mesures n'auront pas réussi à empêcher un confinement local dans les métropoles françaises.


Entamer les démarches en ligne

Bien que la situation ait pris une tout autre proportion, l'objectif reste d'empêcher une nouvelle de contamination au coronavirus. Un reconfinement total semble ne pas être envisageable, car cela sonnerait définitivement le glas de l'économie. D'où, il est toujours possible de se rendre à son travail, même si le télétravail est préconisé dans la mesure du possible.

Les entreprises étant devenues l'un des principaux clusters, il fallait rapidement isoler les salariés identifiés comme cas contact. Ainsi, un dispositif a été mis en place pour que ces derniers n'aient plus à se rendre chez leur médecin pour obtenir un arrêt maladie, au risque de contaminer d'autres personnes en chemin s'ils sont porteurs de la maladie. En effet, elles peuvent depuis le 3 octobre effectuer les démarches en ligne sur le site declare.ameli.fr, où elles devront renseigner leur secteur d'activité professionnelle et leurs coordonnées.

Après avoir rempli ces informations, les personnes déclarées comme cas contact recevront par courrier électronique ou par voie postale un justificatif de la période d'isolement auprès de l'employeur.

Un arrêt de travail de 7 jours

Si un employé est identifié comme un porteur potentiel du covid-19, il pourra bénéficier d'un arrêt de travail de 7 jours après avoir effectué les démarches en ligne. La période d'absence et comptabilisée à partir de la date à laquelle la branche maladie de la Sécu a pris contact avec le salarié et l'a invité à s'isoler et à effectuer un test PCR.


Pour les employés s'étant déjà isolés avant cette date, l'assurance maladie a précisé que :

L'arrêt pourra être rétroactif dans la limite de 4 jours. Dans l'hypothèse où les résultats de test ne seraient pas encore connus à la fin de l'arrêt initial, l'assuré pourra demander une prolongation de celui-ci dans la limite de 7 jours supplémentaires.

Pour rappel, une personne est considérée comme cas contact s'il a eu un échange à moins d'un mètre et sans porter de masque avec une personne testée positive au coronavirus. Et il est aussi à noter que le versement des indemnités journalières n'interviendra que lorsque l'assurance maladie a fini de procéder à toutes les vérifications dont elle aurait besoin.