Avec les individus qui souffrent de cancer ou de pathologies cardiovasculaires, les diabétiques et les personnes âgées sont considérés comme des patients à risque de formes graves de Covid-19. Or, les seniors infectés semblent avoir été moins pris en charge comparés aux autres malades, comme l’indiquent les données fournies par la commission d’enquête parlementaire et relayées par Le Monde. Explications.

Avec l'âge, les besoins en matière de soins augmentent. C'est la raison pour laquelle il est conseillé aux seniors de souscrire une mutuelle santé adaptée à leur profil. Ils doivent notamment souscrire un contrat qui couvre les dépenses d'optique, l'achat de prothèses auditives et les frais d'hospitalisation. Cette dernière garantie est particulièrement importante en cette période de pandémie.

Il reste à savoir si les personnes âgées continueront d'être évincées des services de réanimation, comme lors du pic épidémique. En effet, l'accès aux soins intensifs a été limité pour les patients Covid de plus de 75 ans durant cette période. Certains professionnels de santé ont tenté d'expliquer cette situation.


Une sélection inévitable

Même hors pandémie, les services de réanimation sélectionnent les patients. C'est ce qu'a révélé le Dr Anne Geffroy-Wernet dans une interview accordée à Medisite, une plateforme spécialisée dans l'information sanitaire. Le médecin anesthésiste-réanimateur, qui préside également le SNPHAR-E, explique que la réanimation n'est pas une pratique anodine, car elle peut entraîner des complications chez le malade. Par ailleurs, elle génère des coûts pour les hôpitaux. L'interlocutrice ajoute :

Avant d'envoyer un patient en réanimation, nous évaluons toujours si cette dernière va lui rendre service ou non, autrement dit s'il va pouvoir en sortir vivant, et avec le moins de séquelles possible.

Ainsi, lorsque les soignants savent d'emblée que la réanimation ne sera d'aucune aide pour un patient, ils évitent de l'y envoyer. Anne Geffroy-Wernet détaille ses propos :

Pour prendre un exemple caricatural, une personne de 110 ans, avec une démence et un cancer métastasé, ne tirera aucun bénéfice de la réanimation.

De moins en moins de seniors admis en réanimation au fil des mois

Une infographie du quotidien Le Monde indique qu'en janvier dernier, le taux d'accès aux services de réanimation se situait entre 23 et 24 % pour les seniors. Il est descendu à environ 22 % entre fin février et début mars. C'est durant cette période que le coronavirus a commencé à attirer l'attention.

Au cours de la première semaine d'avril, les personnes de plus de 75 ans représentaient seulement 17 % des malades admis en réanimation. À la mi-avril, ce taux ne s'établissait plus qu'à 14 %. Les statistiques prouvent pourtant que les seniors sont particulièrement vulnérables au virus. En effet, les patients Covid qui ont nécessité une hospitalisation depuis le 1er mars dernier sont âgés en moyenne de 72 ans.

En tout cas, Sara Piazza, qui exerce en tant que psychologue clinicienne en réanimation, se réjouit que la surcharge des hôpitaux n'ait pas atteint le niveau où les questions logistiques passent avant les considérations d'ordre médical.