D’après un communiqué de la direction générale de la Santé, le variant Omicron serait déjà probablement en terres françaises. Les personnes suspectées d’être porteuses ont effectué un passage ou un séjour en Afrique australe, berceau du nouveau variant.

D'après un communiqué de la direction générale de la Santé, le variant Omicron serait déjà probablement en terres françaises. Les personnes suspectées d'être porteuses ont effectué un passage ou un séjour en Afrique australe, berceau du nouveau variant. Le séquençage pour la confirmation de leur contamination ne donnera toutefois leurs résultats que dans quelques jours. Cette nouvelle a malgré tout entraîné une ruée vers les centres de vaccination covid.

Évolution du virus : le monde entier concerné

D'après la direction générale de la Santé,

Ces personnes ont été testées négatives aux autres variants : alpha, bêta, gamma et delta.

Lors de son déplacement dans un centre de vaccination dans la capitale dimanche matin, Olivier Véran, ministre de la Santé, a indiqué que

Le variant Omicron n'a pas encore été détecté en France.

Lors d'une interview accordée à CNews, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a parlé d'une suspicion de dix cas de contamination au nouveau variant en France.

Cependant, il a rajouté que

Cette nouvelle souche ne peut être à l'origine de cas plus graves que ceux causés par la souche delta.

Le ministère de la Santé a tenu à rappeler que

Dans plusieurs pays européens comme la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark et l'Italie, des cas confirmés du variant Omicron ont déjà été enregistrés.

Un premier cas possible de contamination aurait également été découvert en Suisse.

À noter que les vaccins pour le covid-19 sont toujours pris en charge par l'Assurance maladie. La mutuelle santé, pour sa part, peut être mobilisée pour couvrir les soins relatifs à cette maladie.


Garder les frontières ouvertes

Omicron, le nouveau variant du coronavirus, continue à se développer aux quatre coins du monde. Fortement inquiets de la situation, de nombreux pays ont pris la décision d'interdire l'accès à leur territoire aux voyageurs étrangers.

Dimanche soir, l'Organisation mondiale de la Santé a insisté sur le fait que les frontières devront rester ouvertes. Elle a également rajouté qu'elle offrait son soutien aux pays africains et rappelé qu'il est important d'

Adopter une approche scientifique

Basée sur

L'évaluation des risques

Avant de prendre des décisions drastiques.

L'Afrique du Sud a sollicité l'annulation rapide et urgente des mesures d'interdiction de voyages de ses citoyens alors que le Malawi évoque le sujet d'« afrophobie ».