Sans surprise, le marché de la prévoyance et de l’assurance santé a connu une croissance modérée en 2018. Ces secteurs ont ainsi perpétué les tendances constatées sur les précédentes années. En revanche, cette année pourrait être différente pour les acteurs concernés en raison des différents changements prévus pour la CMU (Couverture maladie universelle).

Le marché de l’assurance santé a progressé de 1,3 % en 2015, de 1,4 % en 2016 et de 2,2 % en 2017. Même modérée, la croissance reste relativement stable dans le milieu. L’inflation semble toutefois affecter davantage le secteur ces deux dernières années. Ainsi, en 2018, la progression s’est stabilisée à 2,6 % confirmant la plupart des prévisions des experts.

L’assiette de la TSA (Taxe de solidarité additionnelle) est un des principaux indicateurs sur ce marché. Elle a augmenté de 1 % l’an dernier durant les trois premiers trimestres d’après les données du fonds CMU. Selon les analystes, ces chiffres annonçaient une année difficile. Leurs prédictions se sont finalement réalisées.


Une tendance relativement stable pour la prévoyance

Le marché de la prévoyance a connu une augmentation de 3,2 % en 2018, soit 22,1 milliards d’euros de cotisations. Ces données ont été communiquées par le CTIP (Centre technique des institutions de prévoyance), la FFA (Fédération française de l’assurance) et la FNMF (Fédération nationale de la Mutualité française).

Les contrats individuels ont porté cette hausse, à travers une croissance de 4,5 % pour 9,9 milliards d’euros. Les contrats collectifs, pour leur part, ont progressé de 2,1 % à hauteur de 12,1 milliards d’euros. Représentant plus de la moitié des cotisations (55 %), ce type de contrat reste prépondérant dans le secteur.

D’autre part, les cotisations ont respectivement augmenté de 5,5 % et de 4,2 %, pour les sociétés d'assurance et les mutuelles. Les institutions de prévoyance, en revanche, affichent une certaine stagnation de leurs cotisations (+0,1 %).

Enfin, les sociétés d'assurance détiennent près de 65,2 % de parts de marché, tous contrats confondus (collectif et individuel), tandis que les organismes de prévoyance et les mutuelles affichent respectivement 26,9 % et 7,9 %.

Une légère augmentation en santé

Selon les chiffres fournis par le CTIP, la FNMF et la FFA, le marché de la complémentaire santé affiche une progression de 2,6 % en 2018, à hauteur de 38,2 milliards d'euros de cotisations. Ces données permettent notamment d’anticiper les résultats 2019.


Cette tendance à la hausse a surtout été portée par les contrats collectifs. Ils ont augmenté de 4,1 % en un an, soit environ 18,2 milliards d’euros. Au niveau des contrats individuels, les cotisations ont gagné près de 1,4 %, soit 20 milliards d’euros. Ces contrats sont majoritaires dans le secteur. Ils constituent ainsi 52 % du volume des cotisations.

Quant aux sociétés d'assurance et aux mutuelles, les cotisations ont respectivement progressé de 6,1 % et 1,9 %. Les institutions de prévoyance, en revanche, reculent légèrement de 1,4 %.

Enfin, les mutuelles sont parvenues à 49,5 % de parts de marché que ce soit pour les contrats individuels ou collectifs. De leur côté, les sociétés d'assurance atteignent les 33,3 %, contre 17,2 % pour les organismes de prévoyance.