Le gouvernement souhaiterait limiter le coût pour les ménages français et pour la Sécurité sociale. Le prix des dispositifs de dépistage a ainsi été réduit depuis quelques jours. Cela concerne autant les autotests que les tests antigéniques. Les autorités ont en même temps réorganisé la distribution pour la concentrer en officines.

La nouvelle a peut-être été attendue chez les personnes contraintes de réaliser régulièrement un test anti-Covid-19. La décision prise récemment en France leur permet en effet de faire des économies. Pour cause, le prix des tests pour détecter une infection a diminué en pharmacie.

Cette mesure aurait été mise en place au vu du rythme avec lequel ils ont été utilisés dans l'Hexagone. Leur prix représenterait ainsi un poids pour les patients comme pour l'Assurance maladie qui en a la charge. Avec cette réduction, les autorités décident de remettre aux pharmaciens le monopole de la distribution. Désormais, il n'est donc plus possible de s'en procurer en grande surface.


Multiplication des utilisations en France

Auparavant, les supermarchés avaient le droit de proposer dans leurs rayons les autotests pour détecter une infection au Covid-19. Cette mesure relève toutefois d'une exception et les autorités ont décidé d'y mettre fin récemment. Dorénavant, les officines sont les seuls endroits où les Français peuvent acheter un dispositif de dépistage.

Ce changement est en vigueur depuis le 15 février 2022. À cette même date, le prix de ces équipements a également été modifié. La France aurait en effet enregistré une forte hausse des demandes pour les autotests et les tests antigéniques. Et ce, depuis le début du mois de janvier 2022. Les données relevées indiquent environ 46 millions de tests effectués .

Pour protéger les Français, une diminution du prix a été opérée. Il convient de souligner que le dispositif est pris en charge par l'Assurance maladie et la mutuelle santé sous conditions.

Des frais supérieurs au budget de l'Assurance maladie

Cette mesure aurait en même temps été introduite pour préserver la Sécurité sociale. Parmi les dépistages réalisés en janvier dernier, plus de 31 millions auraient été effectués avec des tests antigéniques. Les frais s'élèveraient actuellement à près de 1,6 milliard d'euros pour l'Assurance maladie. Cette somme serait équivalente au montant du budget prévu pour l'année 2022. Dans de telles conditions, la révision du prix unitaire a été perçue comme une alternative pour les autorités françaises.

Le prix est ainsi passé à 3,35 euros pour les autotests destinés aux utilisateurs adultes. Il est à 4,10 euros concernant les modèles pour enfants alors qu'il se situait à 5,20 euros auparavant. Ce nouveau tarif se traduirait par une réduction de 20 à 35 %.

Quant aux tests antigéniques, ils coûtent aujourd'hui 15 euros à l'Assurance maladie, prélèvement et analyse inclus. Le tarif se situait à 19 euros avant le 15 février 2022. Ce prix est complété par 5 euros supplémentaires pour la transmission des résultats dans la base de données informatique SI-Dep.