L’invasion des punaises de lit est un véritable fléau source de stress et d’anxiété. En effet, face au coût de l’intervention des professionnels et à leur indisponibilité chronique, de nombreux foyers ont recours à des insecticides dangereux pour tenter d’éradiquer ces parasites. Ces produits peuvent cependant provoquer des intoxications graves, voire mortelles, rappelle l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

Punaises de lit : l’Anses met en garde contre les insecticides dangereux

Trois décès provoqués par un insecticide dangereux

La désinfection des pièces infestées par les punaises de lit est une opération coûteuse. Le tarif d'une intervention varie de 200 euros à plus de 1 000 euros selon la superficie. Pourtant, elle n'est pas prise en charge par les organismes d'assurance habitation ou d'assurance santé. Sans compter que les sociétés de désinsectisation croulent sous les demandes, si bien qu'il faut souvent patienter plusieurs mois pour avoir un rendez-vous.

Pour se débarrasser de ces parasites, ces foyers recourent aux insecticides, parmi lesquelles des marques interdites en raison de leur dangerosité avérée. C'est le cas du SNIPER 1000 EC DDVP qui n'est plus autorisé à la vente depuis 2013.


D'après l'Anses, 170 cas d'intoxication à ce produit chimique ont été recensés sur un total de 206 expositions. Cela a abouti à trois décès en plus des 9 cas graves et des 14 cas de gravité moyenne dénombrés. L'exposition à l'agent actif peut entraîner des troubles respiratoires, neurologiques et même le coma.

La majorité des produits impliqués dans des intoxications recensés en Ile-de-France

Malgré son interdiction, le SNIPER 1000 EC DDVP continue d'être proposé illégalement sur les marchés, plus particulièrement en Ile-de-France. 75 % des cas d'intoxication ont en effet eu lieu dans la région de la capitale. D'ailleurs, 35 % se concentrent sur un seul département, la Seine-Saint-Denis. Dans son rapport de toxicovigilance, l'Anses révèle une hausse des cas d'utilisation de ce produit dangereux depuis 2018.

Pour les cas où l'information sur le lieu d'achat a été renseignée, il est démontré que les marchés et les bazars restent les lieux d'approvisionnement privilégiés. Dans une moindre mesure, les voyageurs en provenance de pays hors de l'Union européenne constituent également des sources qui alimentent cet insecticide mortel.

A retenir
  • L'Anses réitère ses recommandations sur la dangerosité de nombreux insecticides contre les punaises de lit.
  • Entre 2018 et 2023, un produit interdit dénommé SNIPER 1000 EC DDVP a déjà provoqué plusieurs décès et des intoxications graves.
  • Ce produit est surtout proposé au noir en Ile-de-France.