D’après le géant de la Tech Qualcomm, les lunettes AR (augmented reality) ne seront pas suffisamment autonomes et pratiques comme les équipements optiques actuels avant cinq à dix ans. En effet, la technologie n’est pas encore prête pour développer de tels dispositifs. Les constructeurs devront par ailleurs passer par des étapes intermédiaires avant de concevoir un produit viable.

Dans l'imaginaire collectif, les lunettes de réalité augmentée (ou mixée) devraient être aussi fonctionnelles et discrètes que les équipements couverts par les contrats d'assurance optique. Toutefois, cette contrainte implique de nombreux défis sur le plan technique pour les constructeurs, notamment concernant la forme et la taille du produit.

Selon Qualcomm, les fabricants sont encore loin des résultats escomptés en raison d'un manque de maturité technologique. Ainsi, le grand public devra encore patienter avant d'obtenir des dispositifs correspondant à ses exigences. En attendant, les consommateurs ont déjà la possibilité de découvrir la gamme de modèles filaires de casques de réalité augmentée disponibles sur le marché.

Des produits très attendus

De nombreuses rumeurs ont circulé concernant l'Apple Glass ces derniers mois. Selon certains, les lunettes AR fabriquées à Cupertino seront présentées avant la fin de l'année et commercialisées dès l'an prochain. Toutefois, ces informations n'ont toujours pas été confirmées par le géant californien jusqu'à présent.

D'après les spécialistes, le nouveau produit devrait fonctionner en binôme avec un iPhone, tout comme l'Apple Watch. Le smartphone permettra aux lunettes AR de se connecter au réseau et d'effectuer les traitements de données indispensables à son fonctionnement. Cependant, eu égard à l'analyse de Qualcomm, le calendrier annoncé par ces rumeurs se révèle plus qu'optimiste par rapport à la réalité.


D'autres bruits de couloir tablent plutôt sur la sortie d'un casque de réalité augmentée courant 2022. En revanche, pour les lunettes, les amateurs de nouvelles technologies devront encore patienter jusqu'en 2023. Cet agenda est assez réaliste selon les experts dans le domaine. Cela dit, même ces délais sont encore très optimistes par rapport aux prévisions de Qualcomm.

Des progrès technologiques nécessaires

Aujourd'hui, neuf entreprises peuvent revendiquer le statut de concepteur de casques de réalité virtuelle. Elles sont en compétition avec sept fabricants de smartphones et quinze opérateurs mobiles dans le monde, dont cinq sur le Vieux Continent et Verizon outre-Atlantique.

Selon les analystes, la démocratisation de la technologie AR passera nécessairement par l'usage. Cependant, l'adoption de cette innovation dépendra essentiellement du déploiement de la 5G. En effet, les smartphones couplés aux lunettes auront besoin de plus de puissance et d'un meilleur réseau pour traiter rapidement les données.

Pour l'instant, les casques signés Oppo, Panasonic, Nreal ou encore Pico se connectent aux téléphones compatibles via USB. Le prochain défi des fabricants consistera à dépasser la technologie filaire, selon le dirigeant de Qualcomm, XR Hugo Swart. Le Wi-Fi 6E permettra d'assurer la transition avant l'arrivée de la 5G dans quatre ans.

Entre-temps, les casques AR seront toujours plus petits et légers. Toutefois, ils ne pourront pas ressembler à des lunettes avant cinq, voire dix ans. En effet, il faudra attendre des avancées significatives en matière de verres, de batterie et de processeur pour parvenir à ce résultat.