Le Parisien observe une explosion des arrêts maladie chez les agents de la RATP depuis le soulèvement populaire contre la réforme des retraites. Comment ont évolué les chiffres au cours du mois de décembre dernier, notamment au cours de la dernière semaine ? Outre les conducteurs de RER, ceux qui conduisent les métros sont concernés.

À en croire les récits de nombreux syndicalistes, maints cadres contestent la réforme des retraites, mais ils ne sont pas prêts à mettre en péril leur carrière. L'enjeu est-il tout autre chez les agents de la SNCF ou de la RATP ?

Le nombre d'arrêts maladie demandés par les premiers a progressé de 200 % entre le 5ème et le 9ème jour de manifestation. Les demandes de remboursement auprès des professionnels de la mutuelle suivent-elles le même mouvement ?

Le Parisien révèle en tout cas que les arrêts maladie n'ont pas été délivrés par les mêmes professionnels de santé. Quant à la RATP, elle s'est défendue d'exprimer un quelconque commentaire.

La RATP renforce le contrôle de ses agents

Afin de remédier à la hausse des demandes d'arrêts maladie, la RATP s'active pour renforcer les contrôles effectués sur les agents qui ont déclaré être malades. Cette pratique prévaudra-t-elle aussi au sein de la SNCF ? L'entreprise avoue qu'elle ne dispose pas encore de toutes les données pour y procéder.


En se référant aux informations collectées par Le Parisien, il apparaît que 400 contrôles ont été réalisés jusque-là. Sur les 380 cas qui ont nécessité un rapport, 90 ont abouti à une annulation des remboursements. Concernant spécifiquement les pénalités, elles s'expliquent par le fait que les patients n'étaient pas en train de se reposer chez eux.

Le Premier ministre a demandé aux entreprises concernées de réagir. En effet, certains agents donnaient l'impression de se servir de leur arrêt maladie pour manifester dans les rues. Pourtant, cette pratique est illégale.

Où est la part de vérité dans la hausse exponentielle des arrêts maladie ?

D'après Le Parisien, le taux d'arrêt maladie a grimpé de plus de 300 % en l'espace d'un an, en considérant de la première quinzaine de décembre de 2018 et de 2019. En effet, il a été question de se renseigner sur les 3 000 conducteurs exerçant dans les 16 lignes de métro de la capitale.

Le journal francilien ajoute que le record a été atteint le 19 décembre dernier. Ce jour-là, 646 arrêts maladie ont été recensés. Chez les chauffeurs de bus, la tendance est moins significative. En tout cas, la RATP n'a pas tenu à commenter les données en question.

Pour sa part, le président du syndicat des médecins libéraux, Philippe Vermesch, opine que la mise en place de contrôles renforcés est loin d'être simple. Pour étayer ses propos, il a pris l'exemple d'un conducteur qui ne souhaite pas manifester. Ce dernier peut alors subir des agressions. Dans ce cas, il peut réellement avoir besoin d'un arrêt maladie.