Chez un certain nombre de patients, le Covid-19 peut laisser des séquelles pouvant perdurer pendant des semaines, voire des mois, et ce même après en être guéris. Il arrive que même si le virus n’est plus présent dans leur organisme, après le traitement, des patients ressentent encore quelques symptômes comme une grande fatigue, de l’essoufflement et bien d’autres encore.

Pour certains patients ayant développé une forme grave ou bénigne du Coronavirus, les symptômes de la maladie peuvent encore se manifester, même après avoir été testés négatifs. Les médecins, soutenus par l'assurance maladie et la mutuelle santé, opèrent donc des consultations “post-covid” pour tenter de comprendre ce phénomène.

Une étude sera lancée pour évaluer l'état de ces patients, six mois après les premiers symptômes. Cela afin d'affiner les connaissances concernant cette nouvelle pathologie apparue en chine fin 2019. Parmi les symptômes persistants malgré la charge virale négative, les patients décrivent une grande lassitude, une perte du goût et/ou de l'odorat, des périodes d'essoufflement ou bien encore des maux de gorge.

Des témoignages inquiétants de certains patients

Quelques personnes ayant contracté le Covid-19 et qui ont été guéris après plusieurs jours de traitement, dont les charges ont été couvertes par la Sécu ainsi que leur mutuelle santé, ont livré leurs témoignages dans les réseaux sociaux.


Elles ont, en effet, confié que des symptômes afférents à la maladie continuent à les affaiblir même si elles ont été testées négatives à maintes reprises. Des signes persistants des plus fréquents qui se présentent sous forme :

  • D'un état de fatigue intense ;
  • D'un manque de souffle ;
  • Des toux accompagnées de brûlure à la gorge ;
  • De l'anosmie, c'est-à-dire de la perte de l'odorat ;
  • De l'agueusie ou perte du goût.

Interrogé sur ces révélations étonnantes, l'infectiologue Jean-Paul Stahl du CHU de Grenoble affirme qu'à ce stade où de nombreux mystères entourent encore cette nouvelle maladie, les chercheurs se penchent toujours sur cette persistance des symptômes.

Dans ce sens, une étude plus poussée sera menée sur l'état des patients, six mois après les premiers symptômes. En effet, certaines maladies infectieuses peuvent nécessiter plus de temps de récupération. C'est probablement le cas pour le Covid-19. Mais en attendant, les patients anciennement positifs au virus et qui continuent à souffrir des symptômes sont pris en charge.

Des cas de rechute et une probabilité de dérèglement immunitaire

Afin de mieux comprendre la maladie, des consultations post Covid-19 sont opérées dans de nombreux hôpitaux en France. En effet, à plusieurs reprises, certains patients se sont précipités dans les hôpitaux des semaines après leur guérison, car les symptômes du Coronavirus ont refait surface.

Normalement, pour la grande majorité des cas, les symptômes disparaissent une à deux semaines après leur apparition et ne reviennent plus. Mais curieusement, dans quelques cas de figure, des rechutes se manifestent sans que le virus soit réinstallé.


Mais les tests effectués sur ces personnes déjà confirmées comme étant guéries restent cependant négatifs. C'est-à-dire que le virus ne les a pas attaqués de nouveau. Une femme ayant été guérie du Covid-19 sous bénigne a même témoigné que les symptômes qu'elle a nouveau ressenti n'ont pas été remarqué quand elle était encore porteuse du virus.

Au début, elle a mis cela sur le compte du stress causé par le choc qu'elle a eu en apprenant qu'elle portait le virus. Mais après un nouveau pic de fatigue intense accompagnée de douleurs musculaires et maux de gorge, elle a voulu refaire le test. Le résultat fut négatif.

Pour expliquer cette impression de rechute et cette réapparition des symptômes, les chercheurs continuent leurs investigations. L'hypothèse la plus soutenue est que le Covid-19 provoquerait un dérèglement du système immunitaire. Ce dernier serait observable seulement chez ceux qui ont contracté la forme bénigne de la maladie.

Après le déconfinement, ces patients bénins pourraient avoir été de nouveau en contact avec le virus, qui circule toujours. C'est ce qui a pu déclencher la montée des symptômes, car leur réponse immunitaire se réactive. Cela ne devrait pas devenir fatal, il n'y aurait donc aujourd'hui pas de raison de s'alarmer.