Qui peut bénéficier de l’application Moovcare de Sivan Innovation ?

Pendant six ans, Sivan Innovation a travaillé sur le perfectionnement de l’algorithme de son application mobile, Moovcare. Actuellement, des tests ont lieu au CHU de Lille et à l’Institut Curie, un partenaire de choix dans la lutte contre le cancer. Il s’avère que la solution fournie par la société a été validée par la Haute autorité de santé (HAS) qui la juge efficace.

En effet, elle consiste à déceler les signes qui indiquent que l’état du patient souffrant d’un cancer de poumon se dégrade, en raison d’une éventuelle complication. Il peut aussi subir une rechute après une longue période de rémission. L’Assurance maladie s’en occupera-t-elle ?


Un meilleur suivi des patients atteints de maladies graves pour améliorer leur qualité de vie

La valeur ajoutée du dispositif conçu par Sivan Innovation ? Il renforce le suivi des patients, afin que ces derniers soient pris en charge le plus tôt possible en cas de problème. De cette façon, leur état demeurera stable, ce qui permet d’améliorer leur condition de vie.

Avant que les soignants ne se servent que Moovcare, ils ne recevaient aucune alerte en cas de détérioration de l’état du malade pendant la période de suivi (trois à six mois). Pour deux tiers des patients concernés, les dégâts n’ont été observés qu’à l’occasion du CT-scan suivant, comme le révèlent certaines études.

Sivan Innovation compte aller plus loin avec Moovcare en offrant aux patients traités contre le cancer du rein ou le cancer du sein l’opportunité d’être mieux suivis. Les personnes à risque ayant besoin d’être surveillées en permanence devraient également en bénéficier. Mais avant que ses outils ne soient écoulés sur le marché, la société israélienne tient à recevoir une distinction du Comité économique des produits de santé (CEPS).

Un outil de surveillance numérique à la disposition des malades souffrant d’un cancer du poumon

Pour suivre un patient à distance, les professionnels de santé se servent d’outils de télésurveillance. S’il leur incombe d’interpréter les données transmises par le matériel, leur enregistrement est automatique lorsque le patient n’intervient pas.


D’ici la fin de l’année, Moovcare devrait être couvert par le régime obligatoire d’assurance maladie, au profit des assurés devant combattre le cancer du poumon. Sivan Innovation s’adresse particulièrement à la moitié d’entre eux, soit 24 500 personnes au plus.

L’idée consiste à envoyer hebdomadairement un questionnaire aux clients. Les patients renseignent alors sur leur état métabolique, les douleurs qu’ils ressentent, ainsi que les autres difficultés qu’ils rencontrent au quotidien (perte d’appétit, essoufflement, vertige…). Une fois que les données sont enregistrées dans le logiciel, il les analyse. L’équipe médicale est alertée par message au cas où le patient aurait besoin d’être rapidement assisté.