Peu après la levée de l’état d’urgence sanitaire au début du mois de juillet, l’épidémie du coronavirus a connu un net regain. À ce moment-là, la situation n’avait pas de quoi alerter, car les nouvelles contaminations enregistrées concernaient principalement de jeunes adultes, plus aptes à combattre l’infection, mais la donne est différente aujourd’hui.

On assiste actuellement à un rebond de la pandémie du covid-19. Une nouvelle vague de contamination est à craindre, ce qui pourrait entrainer un reconfinement. D'ailleurs, il y a deux semaines, quelque 47 000 nouveaux cas et 291 nouveaux foyers épidémiologiques ont été enregistrés en France.

Santé Publique France a fait le point sur ce désastre imminent et rappelle aux citoyens que le coronavirus n'a pas encore été éradiqué. L'avènement de cette catastrophe est d'autant plus à craindre, car il pourrait être fatal à l'assurance maladie. Cette dernière ayant déjà fait état de lourdes pertes estimées à plus de 30 milliards d'euros au cours de l'année 2020.


Hausse des cas et identification de nouveaux foyers épidémiologiques

Les résultats des tests sont formels, il y a une recrudescence exponentielle des cas de contamination au covid-19. En témoignent les 47 294 nouveaux cas consignés au cours de la semaine du 31 août au 6 septembre, soit une augmentation de 20 % par rapport à la semaine précédente. Santé Publique France a averti que :

Si la dynamique de l'épidémie se maintient, le nombre de cas confirmés hebdomadaire doublera dans 14 jours.

Parallèlement à cette hausse du taux d'infection, de plus en plus de foyers épidémiologiques sont identifiés. Ils sont au nombre de 291 la semaine passée, contre 200 les sept jours précédents. D'après les statistiques, environ 25 % des clusters consignés proviennent « d'évènements publics ou privés » ou de « milieu familial élargi ». Ces mêmes chiffres rapportent qu'au total, 35 départements de l'Hexagone possèdent un taux d'incidence (le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants) supérieur au seuil d'alerte qui est de 50 cas pour 100 000 habitants. Sept de ces départements accusent même un taux supérieur à 100 cas pour 100 000 résidents.

Une hausse des contaminations pour toutes les tranches d'âge

Santé Publique France souligne que le taux de positivité aux tests de dépistage est lui aussi en hausse, passant de 4,4 % le 24 août à 5,2 % la semaine de la rentrée. L'organisme gouvernemental fait aussi mention d'une recrudescence du nombre de nouvelles contaminations, dans son bilan hebdomadaire, s'étendant à toutes les tranches d'âge. Cependant, cette augmentation est plus marquée chez les plus de 75 ans (+44 %), et chez les 15-44 ans (+39 %).

Au mois de juillet, une tendance haussière avait déjà été constatée, mais le nombre d'hospitalisations et d'entrées en réanimation n'avait pas augmenté en conséquence, comme ce fut le cas au début de la pandémie.


À l'époque, les scientifiques avaient expliqué que les nouvelles contaminations enregistrées concernaient principalement la population jeune, notamment les jeunes adultes. Ces derniers étaient plus aptes à combattre les infections au covid-19, et ne requéraient donc que très rarement une assistance respiratoire.

Mais aujourd'hui, il semble que les cas de contagion se soient répandus à toutes les tranches d'âge. Santé Publique France alerte d'ailleurs à ce sujet :

Le risque d'une intensification de la diffusion du virus dans les populations à risque fait craindre une augmentation des hospitalisations dans un futur proche.