Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie a été chargé de mener une réflexion sur l’articulation entre l’assurance maladie obligatoire et les OCAM (organismes complémentaires d’assurance maladie). Les discussions vont bon train au sein du Hcaam, mais les recommandations formulées jusqu’ici sont encore loin de faire l’unanimité. À l’heure actuelle, 4 scénarios se dégagent clairement.

Mettre tout le monde sur un même pied d'égalité

Parmi les pistes envisagées, une option semble obtenir davantage de faveurs que les autres au sein de l'instance de réflexion.

Elle tend par exemple à privilégier la solution qui préconise le remboursement de l'intégralité des soins pour tous, un avantage jusqu'ici réservé aux personnes atteintes de l'une des maladies inscrites dans la liste des ALD. Si elle était adoptée, le champ d'intervention de la sécurité sociale s'en trouverait étendu.

Jugé comme plus juste, mais également moins coûteux et permettant un meilleur accès aux soins pour le plus grand nombre, le dispositif préconisé ne semble pas convenir aux organismes complémentaires d'assurance maladie, autrement dit ceux qui proposent une complémentaire santé.


En effet, si la sécurité sociale venait à prendre en charge l'intégralité des frais de soins, et ce, sans distinction de statuts des assurés, la complémentaire santé n'aurait plus vraiment de raison d'être.

Les assurés n'auraient plus alors à prendre en charge les frais de gestion des complémentaires, ce qui sera toujours une économie bienvenue en ces temps de crise.

Un dispositif pas si facile à mettre en place

Ce projet baptisé « Grande sécu » sera certes moins coûteux et plus équitable, mais se heurtera à quelques complications lors de sa mise en place.

La principale préoccupation porte sur le financement. Comment permettre à la sécurité sociale de prendre en charge davantage de frais de soins ? Le scénario le plus probable est alors l'augmentation des prélèvements obligatoires.

Outre l'extension du champ d'intervention, trois autres scénarios sont prévus pour le projet de réformes, mais les professionnels du secteur sont peu nombreux à penser qu'ils puissent être adoptés :

  1. Le premier consiste à apporter juste quelques légères améliorations au système actuel sans bouleverser le gros de la structure.
  2. Le second préconise de rendre la complémentaire santé obligatoire à toute la population.
  3. Le dernier scénario envisagé prévoit la suppression du co-paiement.