La répercussion de la réforme 100 % santé ne s’est pas trop fait sentir chez les organismes et les mutuelles d’assurance durant la crise en 2020. Mais avec le retour progressif à la vie normale, les professionnels de la complémentaire santé constatent que cette réforme a entrainé un changement de comportement chez les adhérents.

En général, les prestataires en assurance santé et complémentaires ont observé que les contrats d'entrée de gamme séduisent davantage. De plus, ils ont aussi noté que l'impact n'est pas le même dans les soins concernés par la réforme.

Explosion du nombre des soins dentaires et de l'audioprothèse

Avec la possibilité de choisir un contrat sans reste à charge, les Français se sont rués chez les dentistes et les audioprothésistes.

Selon les professionnels de la complémentaire santé, 57 % des patients ont choisi le panier 100 % santé pour la pose d'une couronne. D'ailleurs, les prothèses représentent 3 prestations sur 4 chez les dentistes. Ce phénomène s'explique par la réticence des Français à soigner leurs dents.

En ce qui concerne la pose d'équipements chez les audioprothésistes, 27 % ont choisi le panier sans reste à charge, alors que le gouvernement a annoncé un objectif de 20 %.

Ces organismes d'assurance n'ont pas omis de préciser que les coûts générés par cet « excès » sont significatifs, étant donné qu'une grande partie des suppléments de prise en charge est supportée par la complémentaire santé.

À noter que pour bien choisir son prestataire en complémentaire santé, il est possible de demander un devis mutuelle en ligne sur notre site.


En optique, le panier sans reste à charge n'intéresse que très peu d'assurés

Si le panier sans reste à charge a connu un succès remarquable en dentaire et en audioprothèse, cette offre n'intéresse que très peu d'assurés en optique.

En effet, la part du panier A pour les verres et la monture se limite à 3,3 % entre janvier et septembre 2021, alors que l'objectif annoncé est de 20 %.

Selon les explications des assureurs, ce manque d'engouement a pour cause l'existence des offres d'entrée de gamme proposant les mêmes avantages que le panier A bien avant la réforme. Les assurés préfèrent alors se tourner vers les tarifs libres (panier B).