Une réforme de la protection sociale complémentaire pour les agents du service public est prévue par le gouvernement et les mutualistes comptent bien avoir voix au chapitre. En d’autres termes, ils ont bien l’intention de participer à l’élaboration des modalités de ladite réforme et soumettre jusqu’à 16 propositions. D’habitude concurrents, les mutualistes unissent cette fois leur force pour défendre leurs intérêts.

Il faut que l'employeur paie plus

La mutuelle pour fonctionnaire devrait encore faire l'objet de quelques réajustements. C'est en tout cas le projet annoncé par le gouvernement. Un projet dont les professionnels du secteur, notamment les mutualistes, ne veulent surtout pas être tenus à l'écart.

Le temps de faire connaître leurs revendications, ces organismes se sont regroupés en une coordination de mutuelles spécialisées dans la protection sociale des travailleurs de la fonction publique. L'association temporaire est formée par : Interiale, la MNT, l'UNMFT, Sofaxis, la MNCFT, Mutame & plus, Territoria Mutuelle, Mutest et Mutuelle de la Corse.

La coordination de mutuelles a émis 16 propositions parmi lesquelles une incitation à faire participer davantage les employeurs dans la prévoyance. Son souhait est que la participation de ces derniers soit ramenée à 50 % du montant de la garantie et non 20 % comme ce qui est prévu par la réforme .

Les mutualistes proposent aussi que la participation de l'agent à la PSC soit déterminée en fonction de son âge . En effet, une grande réticence vis-à-vis de la prévoyance est constatée chez les jeunes agents. Ces derniers estiment que les chances qu'ils en aient besoin dans l'immédiat sont moindres.

Un rôle plus important dans l'élaboration de la politique globale de prévention

Les mutualistes n'ont plus l'intention de rester passifs en ce qui concerne la PSC. Ils veulent participer activement dans l'élaboration de la politique de prévention et de management des risques.

Les 16 propositions émises par la coordination des mutuelles devraient être prochainement examinées par les employeurs et les syndicats puisqu'un calendrier est déjà établi concernant la mise en place de la réforme. Celle-ci devrait être officiellement entérinée d'ici fin mars 2023.

À retenir :

  • Les mutualistes ne se contentent plus du rôle de figurants, mais souhaitent désormais être consultés lors de l'élaboration de la réforme prévue par le gouvernement sur la protection sociale des fonctionnaires.
  • Les mutualistes appellent à une plus grande participation des employeurs dans la cotisation pour la prévoyance (50 % au lieu de 20 %).