Les Français n’en ont pas forcément conscience, mais en matière de frais de soins, ou plus précisément de remboursement des frais, le système français est le plus avantageux, ex aequo avec celui du Luxembourg. À titre de comparaison, en soins et en médicaments, le reste à charge payé par les Français équivaut à peu près au tiers de ce que déboursent les Américains.

Les États-Unis sont les mauvais élèves

Réformer le système de santé américain était l'une des priorités de Barack Obama pendant son quinquennat. Force est cependant de constater que les dépenses de santé sont toujours aussi excessives pour les ménages américains. En effet, ces derniers continuent de payer le prix fort pour pouvoir se soigner. Ceci est notamment dû à un système inégalitaire.

Aux États-Unis, l'assurance maladie est privatisée. Cela signifie que les assureurs ont toute latitude pour fixer le montant de leurs primes. Résultat : une grande partie de la population se retrouve privée d'assurance maladie (environ 31,1 millions en 2021).

En moyenne, un ménage américain débourse 941 euros par an en frais de soins. À titre de comparaison, en France, les dépenses annuelles de santé s'élèvent en moyenne à 371 euros.

En Europe, ce sont les Italiens qui sont les moins bien lotis puisqu'ils doivent payer 647 euros en moyenne par an pour rester en bonne santé.


Un reste à charge moins important en France

On l'aura compris, l'Hexagone est le pays qui rembourse le mieux les frais de santé. Autrement dit, c'est en France que le reste à charge est le moins important. Sans oublier qu'il existe des astuces pour réduire davantage le « ticket modérateur », notamment en adhérant à une mutuelle santé.

Par ailleurs, l'absence de régulation du prix des médicaments pénalise aussi grandement les ménages américains. Le coût d'un même médicament peut varier du simple au double d'une pharmacie à l'autre.

Le Glivec, médicament contre le cancer développé par Novartis, illustre bien la différence entre la France et les États-Unis. Le système français de régulation a permis de limiter le prix d'une boîte de 30 comprimés à 753,46 euros (remboursé intégralement par l'Assurance maladie), tandis que de l'autre côté de l'Atlantique, le coût de cette même boîte peut dépasser les 10 000 dollars.