Le pouvoir d’achat des étudiants est grandement impacté par la pandémie. Le dernier rapport de la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) qui alerte sur la précarité de leur situation est sans appel. Avec des revenus en recul et des dépenses élevées, le coût de la vie étudiante va encore flamber pour la prochaine rentrée universitaire.

De nouvelles dépenses imprévues

Selon le syndicat la FAGE, les dépenses annuelles pourraient coûter 2 361 euros à chaque étudiant, soit 76 euros de plus que l'an dernier.

Orlane François, la présidente du syndicat étudiant, a expliqué au journal Le Parisien, que

La plus grande part de cette envolée (+5,1 %) est imputable à l'explosion des dépenses quotidiennes et l'apparition d'un nouveau poste de dépense qu'est l'achat des masques.

Le profil étudié est celui d'un étudiant de 20 ans non boursier en licence à l'université et ayant quitté le domicile des parents.

Mais ce n'est pas tout. D'autres dépenses viennent s'ajouter sûrement aux frais de rentrée. Selon l'UNEF, le coût de la vie pour les étudiants devrait faire un bond de +3,69 % par rapport à 2019 lors de la prochaine année universitaire.


En plus du loyer dont le prix continue de grimper, ces derniers doivent également s'acquitter d'autres charges (frais d'inscription, transports, alimentation, loisirs, téléphonie…).

74 % des étudiants en difficulté financière

Cette évolution des coûts suscite l'inquiétude des deux grandes organisations nationales étudiantes dans la mesure où la majorité des étudiants sont dans une situation précaire.

D'après une enquête d'Ipsos-Fage, près de 75 % d'entre eux ont fait face à des difficultés financières ces trois derniers mois. Or, cette année, ils vont devoir subir à la fois la hausse du coût de la vie et la baisse de l'aide familiale à cause de la crise économique.

Comment faire le bon choix d'assurances ?

L'assurance fait également partie des dépenses des étudiants. Pour souscrire une assurance habitation, obligatoire pour ceux qui sont locataires d'un logement, ils doivent comparer les offres afin de réduire les coûts. Celles des néoassureurs qui proposent des prix très compétitifs représentent une alternative intéressante.

En ce qui concerne la mutuelle santé, même si les étudiants ne sont plus obligés d'en souscrire, disposer d'une bonne couverture a toute son importance en cette période de crise sanitaire. Là encore, la meilleure solution pour cotiser moins est de comparer les différentes offres disponibles sur le marché.