Il est possible de former des réseaux neuronaux pour qu’ils injectent un anesthésique lors d’une opération. Une étude récente de chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et du Massachusetts General Hospital le démontre. Ces spécialistes indiquent qu’à terme, les algorithmes sont susceptibles de modifier la gestion de l’anesthésie dans le cadre d’une intervention chirurgicale.