Le vaccin anti-covid VLA 2001 élaboré par Valneva est en cours d’essais cliniques. Il s’agit du seul vaccin à virus inactivé en développement jusqu’ici. Le laboratoire franco-autrichien a ainsi opté pour la technologie traditionnelle qui consiste à fabriquer un vaccin à l’aide du virus porteur de la maladie, inactivé ou tué.

Selon certains chercheurs, ce type de vaccin est moins efficace que les vaccins à virus atténué, mais le laboratoire a précisé qu'en se basant sur les résultats des phases 1 et 2, l'efficacité du VLA2001 serait autour de 80 %. Et les résultats initiaux des essais cliniques de phase 3 sont positifs.

Aucun problème de sécurité n'a été identifié

Valneva a affirmé que son vaccin a été bien toléré durant les essais cliniques de phase 1 et phase 2, et aucun problème de sécurité n'a été identifié.

Sur les personnes vaccinées avec la plus forte dose du VAL2001, le taux de séroconversion des immoglobulines G était de 100 %. Les titres d'anticorps neutralisants ont en revanche un niveau identique ou supérieur à ceux observés dans les sérums provenant des patients convalescents.


Les essais en phase 3 sont en cours, mais selon un communiqué publié par le laboratoire le 18 octobre dernier, son vaccin répond aux critères établis. En effet, les niveaux de titres d'anticorps sont plus élevés que ceux du vaccin d'AstraZeneca AZD1222 (ChAdOx1-S), alors que le taux de SCR dans les deux groupes vaccinés est supérieur à 95 %.

Pour rappel, la vaccination contre le covid-19 est intégralement prise en charge par l'Assurance maladie. De ce fait, aucune intervention de la mutuelle santé n'est nécessaire.

Élargissement des essais cliniques

En vue de soutenir les demandes d'autorisation conditionnelle, Valneva a décidé d'élargir les essais cliniques à d'autres tranches d'âge (les adolescents de 12 à 17 ans).

Un test chez les enfants (de 5 à 12 ans) ainsi qu'un essai destiné à mesurer l'efficacité du vaccin chez les personnes ayant besoin d'un rappel sont également en phase de préparation.

À l'issue de la phase 3, le directeur général du laboratoire, Thomas Lingelbach, espère une efficacité supérieure à 80 %. Ceci permettra à la société d'obtenir une autorisation de mise sur le marché, probablement avant fin 2021.